GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Riz: le Nigeria peut-il fermer sa frontière avec le Bénin?

    Un travailleur contrôle les sacs de riz dans une usine de Kano, au Nigeria. AMINU ABUBAKAR/AFP

    Le président Muhammadou Buhari l'a annoncé mercredi dernier. Le Nigeria va fermer partiellement sa frontière avec le Bénin pour lutter contre la contrebande de riz. Un phénomène qui a toujours existé mais qui a pris une ampleur énorme au cours des cinq dernières années.

    La contrebande de riz entre le Bénin et le Nigeria ne date pas d'hier. Il a toujours été rentable de faire venir du riz au port béninois de Cotonou et de le faire passer de l'autre côté de la frontière lorsque le riz était vendu plus cher au Nigeria. Mais ce commerce est vraiment devenu juteux depuis que le Nigeria, moins riche en pétrodollars, a voulu encourager la production locale de riz en imposant une taxe de 100 % sur le riz importé. Le commerce illégal de riz a dès lors pris des proportions gigantesques.

    Le Bénin première destination des riz thaïlandais et indien !

    Par définition la contrebande est difficile à quantifier. Mais on peut l'évaluer en observant l'évolution des quantités de riz importées par le Bénin, ce qu'a fait l'économiste du Cirad Patricio Mendez del Villar. « On est passé de 700 000 tonnes en 2010 à deux millions et demi de tonnes en 2018. Le Bénin est devenu la première destination du riz exporté par l'Inde et la Thaïlande ». Evidemment le petit pays ouest-africains, et ses 11 millions d'habitants ne peuvent pas tout absorber. Près de 90 % de ce riz part en réalité vers le Nigeria, 17 fois plus peuplé !

    Un marché juteux mais risqué

    Le président Buhari peut-il fermer la frontière comme il le promet à cette contrebande de riz ? Aux yeux du négociant de riz Mamadou Ciss, interrogé par RFI, l'annonce du président nigérian est « plus politique qu'autre chose », « les autorités veulent être autosuffisantes, mais c'est difficile. En réalité elles tolèrent la contrebande ». Car le Nigeria doit encore importer la moitié de ses besoins en riz. « C'est cyclique, il arrive que ça se ferme et qu'à d'autres périodes, le riz passe de nouveau ».

    Le président d'Alliance Commodities reconnaît tout de même qu'il vend moins vers le Bénin aujourd'hui. C'est un « marché devenu risqué » qu'il laisse aux grands négociants comme Olam ou Dreyfus. Des concurrents qui ont l'assise financière nécessaire pour stocker le riz, quatre mois s'il le faut, lorsque la frontière entre le Bénin et le Nigeria se referme.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.