GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Record battu pour un tableau de Nicolas de Staël, adjugé 20 millions d'euros à Paris (Christie's)
    • La Turquie va mettre fin à son offensive en Syrie après un retrait des forces kurdes, annonce Mike Pence
    • L'invitation de Trump à Erdogan suspendue aux discussions en cours à Ankara (Maison Blanche)
    • Cuba: décès de la danseuse et chorégraphe cubaine Alicia Alonso à 98 ans (ballet)
    • Le prochain G7 aura lieu dans un club de golf de Donald Trump en Floride (Maison Blanche)

    Congo-Brazzaville: les commerçants refusent les billets de banque déchirés

    Aux abords du marché Total, dans le quartier de Bacongo à Brazzaville. (Image d'illustration) Eduardo Soteras / AFP

    Depuis quelque temps au Congo, les Brazzavillois ont du mal à faire leurs courses chez les commerçants et à acheter du carburant avec des billets de banque mutilés ou déchirés, même s'ils sont rafistolés avec du scotch ou de la colle. Ils sont catégoriquement refusés, jusque dans certaines banques, sous prétexte qu’ils ont perdu leur valeur. Cette attitude freine les échanges au quotidien, avec des conséquences sur l’économie nationale. Elle est décriée par les Associations des droits des consommateurs et la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), qui émet ces billets.

    Au marché Total au quartier Bacongo au bout d’une allée avec des étals bien achalandés se trouve une mini-boulangerie moderne très fréquentée de jour comme de nuit. Un des gérants veille sur les billets apportés par les clients. Il rejette sans autre forme de procès tous les billets qui ont perdu leur forme. « La raison pour laquelle nous rejetons ces mauvais billets est simple : lorsque nous allons verser nos revenus à la banque, celle-ci refuse. Donc, nous sommes obligés d’exiger à nos clients d’avoir de très bons billets ; des billets normaux, pas déchirés ou portant du scotch », avance le boulanger.

    À un pas de cette mini-boulangerie, Prisca Louzolo, la quarantaine révolue, vend de la friperie. Les billets de banque mutilés ne passent presque pas chez elle.
    « Il y a des clients qui amènent des billets déchirés. Quand ils sont trop déchirés, je ne prends pas. Quand ils le sont légèrement, je prends et je mets de la colle dessus. Parce que quand je prends le billet déchiré il ne passe pas là je vais acheter ma marchandise », se justifie madame Louzolo.

    L’attitude des commerçants écœure le photographe Bienvenu Salabandzi qui reste interrogateur. « J’ai ces billets déchirés dans ma poche, mais je ne sais pas quoi faire avec », lâche-t-il.

    Déchiré ou non, un billet conserve sa valeur

    À Brazzaville, c’est dans tous les secteurs d’activité que les billets de banque déchirés sont regardés avec dédain et rejetés. Secrétaire exécutif de l’Observatoire congolais des droits de consommateurs, Mermans Babounga sensibilise, tant soit peu, sur l’utilisation des billets. « En réalité c’est un peu regrettable que les gens se comportent ainsi dans la mesure où un billet qu’il soit neuf ou vieux, il garde sa même valeur monétaire », recadre-t-il.

    Les billets gardent toujours leur valeur et ne perdent jamais leur vie tant qu’ils ne sont pas retirés de la circulation par la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) qui les émet, affirme Michel Dzombala, son directeur national. « C’est à tort que ces billets sont refusés. Il n’y a pas de raison de refuser ces billets qui sont les billets de notre émission. Je dois vous avouer que le phénomène des billets mutilés ou fatigués est récent. Dans les prochains jours, nous allons intensifier une campagne de sensibilisation à l’endroit du public pour faire comprendre que ces billets n’ont aucun problème », déclare M. Dzombala.

    La Banque centrale dispose d’un guichet spécial ouvert deux jours dans pour échanger les billets qui ont perdu leur forme.

    Prochaine émission

    Irruption des Africains dans le marché de l’art contemporain

    Irruption des Africains dans le marché de l’art contemporain
    La 46e édition de la FIAC, la Foire internationale d’art contemporain de Paris, a ouvert ses portes ce jeudi 17 octobre pour 4 jours. Traditionnellement habituées à l’événement de la capitale française, les galeries sud-africaines sont absentes cette (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.