GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    S. Tiemtoré (Burkina): «Des avancées significatives» contre la désertification

    M. Sylvestre Tiemtoré, coordonnateur du Secrétariat Permanent des ONG (SPONG) du Burkina Faso. © Sylvestre Tiemtoré

    La conférence de New Delhi sur la lutte contre la désertification entre ce lundi 9 septembre, dans sa deuxième semaine. Plusieurs milliers de personnes participent à ce rendez-vous qui vise à faire le bilan de la lutte contre la désertification et à adopter de nouvelles décisions. Les défis sont énormes, mais sur le terrain, ils ont donné lieu à une mobilisation importante. C'est le cas par exemple au Burkina Faso. Sylvestre Tiemtoré, le coordonnateur du Secrétariat permanent des ONGs (SPONG) du Burkina Faso est l'invité Afrique de RFI.

    RFI : La lutte contre la désertification a-t-elle connu des progrès ces dernières années au Burkina Faso ?

    Sylvestre Tiemtore : La lutte contre la désertification a connu des avancées significatives. Je dois dire qu’au niveau communautaire, nous avons plus que jamais un engagement fort des populations à prendre en charge la question de la lutte contre la désertification. Vous vous souvenez que le Burkina a été élevé au travers d’un de ses fils : monsieur Yacouba Sawadogo qui a reçu un prix Nobel alternatif. Il a été l’un des pionniers. Il a réinstauré à lui tout seul plus de 50 hectares de forêt. Et de même, au niveau politique, nous avons une volonté manifeste même si cette volonté politique reste encore à accompagner de ressources nécessaires pour atteindre les objectifs de cette politique.

    Y’a-t-il des chiffres qui permettent d’évaluer les résultats de cette lutte contre la désertification au Burkina Faso ?

    On sait par exemple que chaque année nous perdons près de 200 000 hectares de forêt. Chaque année, les efforts conjugués permettent de restaurer au moins la moitié de cette superficie qui est perdue. Et il y a des actions sur le terrain contre la désertification qui permettent à terme, sur des terrains complètement nus, de redonner vie en trois années à ces terres et de permettre à des communautés de vivre et donc de produire de ces terres.

    Cela veut donc dire que l’on connait les raisons qui conduisent à la désertification et que l’on connait également les solutions qui peuvent être mises en œuvre. Pouvez-vous nous en citer quelques-unes ?

    Quand vous prenez par exemple la technique du zaï, c’est une technique de restauration des sols qui consiste à faire des trous avec des profondeurs ne dépassant pas 30 à 40 cm du sol. Et lorsque la pluie vient, ça retient de l’eau pour permettre de tenir face à des périodes de sécheresse pouvant aller jusqu’à deux à trois semaines. À ce jour, nous sommes en train de parler de mécanisation de cette technologie -qui permet à travers des tracteurs de pouvoir creuser très facilement et à grande échelle- pour permettre aux gens de préparer rapidement leur sol à l’échelle du village.

    Il y a donc un investissement minimal qui est nécessaire ?

    Qui est nécessaire et qui est malheureusement parfois hors de portée des communes, des collectivités et des populations. Il faut que quelque part, une autre main intervienne, que ce soit celle de l’État ou des partenaires techniques et financiers, pour permettre aux populations de restaurer ces terres-là et de pouvoir les exploiter. Mais la plupart du temps, il ne suffit pas seulement de restaurer ces sols. Lorsque ces sols qui sont parfois abandonnés sont restaurés, se pose aussi la question du statut foncier. C’est aussi un véritable problème, car lorsque la terre est lessivée ou dégradée, les propriétaires ne se bousculent pas. Mais quand vous redonnez vie à des terres, il faut vous assurer que toutes ces questions ont été préalablement discutées et résolues sinon la question de l’exploitation viendra à poser problème.

    Y a-t-il besoin de nouveaux textes ou bien les textes existent déjà et ne sont pas mis en œuvre ?

    Nous avons une loi sur la sécurisation foncière, mais cette loi doit être déclinée avec des textes d’application et ces textes d’application prévoient aussi la mise en place d’instruments à savoir des commissions foncières au niveau villageoise, au niveau communal. Malheureusement, la loi existe, mais elle n’est pas opérationnelle.

    Ce qu’il faut rappeler, c’est que l’on a tendance à penser que la désertification est la progression du désert par rapport aux terres fertiles. Mais en fait, le phénomène est plus large que cela, la désertification c’est la dégradation des terres fertiles qui conduit par la suite à l’apparition de milieux désertiques.

    Absolument. C’est dire qu’il faut repenser la vision que les gens avaient de la désertification. Parce qu’initialement on ne parlait de désertification que dans les pays sahéliens. Mais vous verrez que de nos jours, même le Ghana et la Côte d’Ivoire et des parties même du Bénin sont frappées par la désertification. Personne aujourd’hui n’est épargné. Si vous n’utilisez pas les bonnes pratiques agricoles ou si vous surexploitez les terres, vous pouvez être sûr que vivant dans une zone forestière, vous pouvez devenir une zone désertique. Aujourd’hui, les pays côtiers viennent apprendre auprès de pays sahéliens comme le nôtre comment se préparer à ne pas tomber dans cette situation.

    Vous parliez à l’instant de Yacouba Sawadogo qui a reçu un prix Nobel alternatif pour son engagement contre la désertification. Qu’a-t-il fait concrètement sur le terrain ?

    C’est un travail de longue haleine qui est passé par le reboisement, la restauration à travers la régénération naturelle assistée des plantes qui poussaient et à travers des techniques de protection et d’amendement des sols par l’utilisation des termites. Ça lui a permis de restaurer ces terres complètement dégradées et d’en faire aujourd’hui une forêt où l’écosystème est revenu. Donc pour nous, ce n’est pas de la science-fiction, c’est possible, mais il faut que les gens y croient et mettent les moyens là où il faut.


    Sur le même sujet

    • C'est pas du vent

      La lutte contre la désertification: une urgence sous-évaluée

      En savoir plus

    • ONU

      Le Burkina Faso accueille la Journée mondiale de lutte contre la désertification

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.