GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • États-Unis: les soldats américains quittant la Syrie «resteront dans la région» pour éviter un retour du groupe État islamique (Trump)
    • Commando de Notre-Dame: les deux principales accusées condamnées à 25 et 30 ans de réclusion
    • Pologne: les conservateurs remportent les législatives et gardent la majorité absolue (officiel)
    • Municipales en France: Gérard Collomb investi à la métropole de Lyon par LaREM

    À la Une: la bataille des retraites

    Le Premier ministre Édouard Philippe a détaillé la réforme des retraites au journal télévisé, le 12 septembre 2019. AFP/Christophe Archambault

    C’est via une grève dans les transports en commun à Paris comme dans sa région que plusieurs syndicats de salariés, la CGT au premier chef, en ce vendredi 13 septembre, entament les hostilités.

    Cette grève, le quotidien Le Parisien la prédit « massive ». Mais au-delà des effets, c’est la cause qui retient l’attention de la presse française. Les retraites ? C’est la « nitroglycérine nationale », formule Le Figaro, à manipuler avec précaution. Or le gouvernement prépare « la plus grande réforme des retraites jamais entreprise dans le pays », prévient ce quotidien conservateur. Le gouvernement ? Le voilà donc « au pied du mur… Il devra tenir une position de fermeté à l’égard des régimes spéciaux, qui sapent l’ensemble de notre système de retraites et que plus rien ne justifie, énonce Le Figaro. Toute concession sur ce front rendrait profondément inéquitable, donc inacceptable, l’ensemble de la réforme. »

    Cette grève en tout cas, n’est en fait qu’un coup d’envoi de rentrée. D’autres mobilisations pourraient suivre. Comme le souligne La République des Pyrénées, « aujourd'hui ce sont donc les personnels de la RATP qui ouvrent les hostilités mais les défilés ne vont pas manquer dans les semaines à venir, des différents corps de fonctionnaires, électriciens et gaziers, cheminots, aux pilotes de ligne, avocats et autres catégories aux régimes parfois curieusement "spéciaux" comme les clercs de notaires, les personnels de l'opéra de Paris ou de la Comédie française », énumère ce quotidien du sud de la France.

    Toute une série de mouvements sociaux contre la réforme des retraites sont donc à l’agenda de certains syndicats parmi les plus importants.

    Or, anticipe Libération, la grève dans les transports en commun parisiens en ce vendredi « noir » est une grève « XXL » et elle est « sans précédent depuis 2007 », voire à 1995. Pour ce journal, pas de doute, « la bataille des retraites commence. Et ça démarre fort. » Avec ce mouvement social d’ampleur, les grévistes entendent dire « basta » au président de la République. « Alors que Macron semble être revenu sur [...] son arrogance réformatrice –au risque de l’immobilisme qu’il a tant décrié chez ses prédécesseurs -, la grève de ce vendredi semble lui dire : "Trop tard !" ».

    Et pourtant ? Objecte le journal l’Opinion, « aucun des arguments répétés par les syndicalistes pour justifier le maintien d’un régime spécial (dans les transports en commun parisiens) ne tient la route ». Car d’autres salariés connaissent les mêmes contraintes pénibles que ceux exercés dans ce secteur, mais « aucun d’entre eux ne disposent pour autant de la possibilité de partir en retraite à 52 ans ! ».

    Le gouvernement cherche à rassurer. Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé hier l’ouverture d’une concertation de trois mois avec les partenaires sociaux. « Philippe joue l’apaisement » au sujet des retraites, pointe en Une le journal Les Echos.

    Le Premier ministre, mais, bien sûr, le président. Le journal Les Dernières Nouvelles d'Alsace relève qu’Emmanuel Macron s'avance sur le terrain de la réforme des retraites « avec des prudences de Sioux. Il fait bien, approuve ce quotidien de l’est de la France. Envisager toucher ne serait-ce qu'un cheveu des 42 régimes spéciaux, à l'âge de départ, à la durée de cotisation ou à quoi que ce soit d'autre est un pari politique risqué. Avec lequel il faut bien se colleter pourtant puisque tout le monde est conscient que le système n'est plus viable et qu'il doit être réformé. »

    L’affaire Ferrand plombe la macronie

    La grève dans les transports en Ile-de-France vient alourdir un climat sociopolitique déjà plombé en cette rentrée par l’affaire Ferrand. Pilier de la macronie, le président de l’Assemblée nationale, qui a reçu le soutien du président de la République et du Premier ministre, a été, rappelons-le, mis en examen dans une histoire de présumée « prise illégale d'intérêts » et sa compagne a été placée hier soir sous le statut de témoin assisté pour « complicité de prise illégale d'intérêts et recel ».

    « Tiendra ? Tiendra pas ? Les paris sont ouverts », lance le journal L’Union.

    Pour le quotidien Le Midi Libre, c’est tout vu, la chute de Richard Ferrand est « une question d'heure (car) l'affaire semble sentir aussi bon qu'un lisier breton ».

    Un apprenti-terroriste au Quai d’Orsay

    Mise en examen également pour un diplomate français, mais cette fois-ci dans une affaire de terrorisme présumé. Du terrorisme… d’extrême droite. C’est le journal Le Parisien qui la révèle. Le numéro 2 de l’ambassade de France à San Salvador a en effet été mis en examen pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle ». Interpellé à son arrivée à l’aéroport à paris, Marc-Antoine G. est le quatorzième suspect mis en examen dans cette affaire qui concerne un réseau d’extrême-droite baptisé « Action des forces opérationnelles ». Lequel projetait des attentats contre des musulmans radicalisés en France.

    Insubmersible Anne Sylvestre

    Coup de chapeau enfin à Anne Sylvestre. Cette chanteuse française sera bientôt en spectacle à Paris, à l’âge de 85 ans ! Auteur compositeur française, cette féministe aux talents multiples produit un nouveau spectacle intitulé « Manèges » au cabaret La Cigale, et le journal Libération lui rend hommage. Au programme, six nouvelles chansons qu’elle présentera « avec une appréhension que soixante ans de scène n’ont pas tout à fait vaincue », souligne ce quotidien. Vous ne connaissez pas Anne Sylvestre ? Essayez donc un de ses titres, Internet en regorge, et, promis, que vous serez conquis. Si je peux me permettre, mention spéciale à celle qui s’intitule « Petit bonhomme », même si Libération, dans son portrait, ne l’a pas retenu. Il faut dire que choisir dans le répertoire de l’immense Anne Sylvestre et une gageure.

    La veuve joyeuse

    Laeticia Halliday a « retrouvé l’amour ». C’est le journal Voici qui l’annonce. La veuve du chanteur disparu il y a deux ans a eu un « vrai coup de foudre ». Ainsi passe la gloire du monde.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.