GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Israël: les sirènes d'alarme activées à Tel-Aviv suite à une frappe tuant un commandant palestinien à Gaza (armée)

    L'écrivaine anglo-nigériane Diana Evans, de Lagos à Londres

    L'écrivaine anglo-nigériane Diana Evans en studio à RFI (2019). © RFI/Fanny Renard

    Fille d’un couple mixte britannico-nigérian, née à Londres, Diana Evans a passé une partie de son enfance à Lagos. Devenue danseuse dans une troupe de Brighton, puis journaliste, elle a publié en 2005 un premier roman très remarqué, «26A», qui a obtenu le prestigieux prix Orange. «Ordinary People» est son troisième roman, il est traduit en français par Karine Guerre aux éditions Globe.

    Couverture française du roman de Diana Evans ©Editions Globe

    "Voilà treize ans qu’ils sont ensemble. Pourquoi le pronom « je » a-t-il disparu, corps et âme, de la langue de leurs couples ? Quand les bras grands ouverts de la maternité se sont-ils refermés comme les dents d’un piège ? Pourquoi le pronom « je » a-t-il disparu, corps et âme, de la langue de leurs couples ?
    À Londres, dans une ville amoureusement parcourue et habitée, de l’élection de Barack Obama à la mort de Michael Jackson, deux couples se débattent avec leur histoire, le travail, la quarantaine, les illusions perdues, et leur statut d’émigrés de la deuxième génération, devenus parents à leur tour. Ils ont cru à l’intégration, voilà qu’ils se désintègrent.
    Là-haut, sur sa colline de la rive Sud, le phare du Crystal Palace les veille. La vie doit-elle, comme lui, accepter de voir ses facettes et ses façades tomber en mille morceaux pour être rebâtie ailleurs, en trois fois plus grand
     ?
    Avec brio, avec verve, avec un scalpel trempé dans un élixir de poésie, Diana Evans répond."
    (Présentation de l'éditeur)


    Sur le même sujet

    • Littérature sans frontières

      La romancière nigériane Oyinkan Braithwaite, auteure de polar

      En savoir plus

    • Littérature sans frontières

      La romancière nigériane Sarah Ladipo Manyika

      En savoir plus

    • Littérature sans frontières

      Chimamanda Ngozi Adichie, romancière nigériane

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.