GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    La journée mondiale sans voiture peine à trouver son public en Pologne

    La capitale de la Pologne, Varsovie, recouverte d'une épaisse couche de smog. AFP/Janek Skarzynski

    Ce 22 septembre, c’est la journée mondiale sans voiture. Un peu partout dans le monde, les habitants, des grandes villes notamment, sont appelés à ranger leurs véhicules au garage et à emprunter leurs vélos ou les transports en commun. L’objectif est de changer les mentalités des automobilistes mais aussi de respirer mieux. Mais il y a un pays dans lequel cela risque d’être très difficile, c’est la Pologne.

    En Pologne, on devrait pouvoir bien mieux respirer aujourd'hui. Et pour cause, 33 des 50 villes européennes les plus polluées sont situées dans l'État polonais. Les alertes au smog, ce nuage de pollution y sont très fréquentes.

    C’est évidemment dû au charbon. En effet, la grande majorité des Polonais continuent de se chauffer avec celui-ci. Mais derrière, la deuxième source de la pollution, c’est le transport, les gaz d’échappement des millions de véhicules individuels.

    À Varsovie, par exemple, les voitures sont responsables de 60% de la pollution. Et la capitale compte près de 700 véhicules pour 1 000 habitants, soit plus de deux fois plus qu’à Berlin ou New York.

    Un gouvernement presque impuissant

    La ville de Cracovie compte près de 800 000 habitants. De par ses industries, son trafic automobile très dense, et sa topographie, Cracovie est entourée de petites collines. L'air de la ville y est particulièrement suffocant, surtout en hiver.

    Alors, la mairie tente de réduire le passage des voitures. Elle expérimente en ce moment une zone interdite aux véhicules les plus polluants. Varsovie, de son côté, a baissé le prix des abonnements pour les transports en commun pour les habitants de banlieue. Enfin, les pistes cyclables et les véhicules électriques se développent lentement dans les grandes villes.

    Mais là où les attentes sont nombreuses, c’est sur le marché automobile directement. En 2018, près d’un million de véhicules d’occasion sont arrivés en Pologne. Et parmi eux, la moitié étaient des voitures diesel, peu chères, mais plus polluantes, et souvent sans filtres à particules.

    Des initiatives qui ne sont pas au goût de tout le monde

    Il y a évidemment les personnes satisfaites, celles qui vivent au cœur de ces grandes villes polluées et espère voir une amélioration de la qualité de l’air.

    Mais une majorité de Polonais reste très attaché à son véhicule, souvent par manque d'alternative. En banlieue de Varsovie, de Cracovie ou de Lódz, les trois plus grandes villes du pays, beaucoup de communes ne sont pas desservies par les trains. À la campagne, des lignes de bus ont progressivement été supprimées. Même si récemment, le parti au pouvoir, Droit et Justice, a promis avant les élections européennes de relancer de nombreuses lignes locales.

    Ensuite, les métropoles, et en particulier Varsovie, ont été bâties pour les voitures. La capitale est traversée par de larges avenues, des périphériques et des autoroutes ont été financées ces dernières années grâce aux fonds européens.

    Enfin, dans un pays qui a connu le communisme, la voiture est, selon plusieurs sondages, un symbole de liberté, et de richesse. Il est donc aussi risqué politiquement de restreindre la liberté des automobilistes...

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.