GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Togo: enfin une assurance pour les zémidjans en cas d'accident

    Les zémidjan sont des conducteurs de taxi-moto en Afrique de l'Ouest, ici à Cotonou (image d'illustration). ©RFI/Delphine Bousquet

    C’est une première au Togo, depuis quelques semaines, les chauffeurs de taxis-moto et leurs passagers peuvent souscrire à une assurance qui couvre des préjudices corporels en cas d’accident. Elle s’appelle « Zem Assur » et coûte 75 francs CFA par jour. Elle peut être quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle. Un service proposé par NSIA Assurances en partenariat avec l’opérateur Moov Togo, qui permet les souscriptions via le téléphone portable et d’effectuer des paiements avec la solution du mobile money.

    Le Togo comptait il y a sept ans près de 220 000 conducteurs de taxis-motos, dont environ 60 000 pour la seule ville de Lomé, selon le Collectif des organisations syndicales des taxis-motos du Togo. Ces chauffeurs, désignés localement sous le nom de « zémidjan » (« amène-moi vite » en langue fon) ne bénéficiaient jusqu’ici d’aucune assurance corporelle.

    « C’est parti du constat général d’accidentologie que nous remarquons sur le terrain, explique Jérôme Ekoué Kovi, responsable de « Zem Assur » à NSIA AssurancesIl n’y a pas de couverture médicale la plupart du temps. En discutant avec le corps syndical [le collectif des organisations syndicales des taxis-motos du Togo], nous avons essayé de concevoir un produit qui puisse répondre à leurs besoins »

    Un système de parrainage pour les sans-papiers

    Zémidjan depuis quelques années, sans aucun document d’identité, Émile pense qu’il ne peut pas souscrire à « Zem Assur » dans l’immédiat : « il faut d’abord une pièce de nationalité pour faire la carte d’identité, avant de pouvoir postuler pour le permis. Pour pouvoir avoir la nationalité, il faut dépenser 5 000 francs et pour la carte d’identité, il faut dépenser 10 000 francs et pour le permis de conduire 5 000 francs également. »

    Pour une journée rentable, Émile dit gagner jusqu’à 5 000 francs CFA. Zémidjan occasionnel depuis sept ans, mais sans permis de conduire moto, Cyrille se pose aussi des questions : « S’il y a un accident maintenant, puisque je n’ai pas encore le permis, comment faut-il me couvrir ? Il y a plein de monde qui n’a pas de permis de conduire. »

    Selon Jérôme Ekoué Kovi, les chauffeurs de taxis-motos sans papiers peuvent bénéficier du service « Zem Assur ». « Nous avons envisagé, pour ceux qui n’ont pas de pièce d’identité, s’ils sont reconnus par leurs compères, ils peuvent se faire enregistrer chez nous via un système de parrainage », affirme-t-il.

    Les frais de soins pris en charge jusqu'à 50 000 francs CFA

    La mise en place de « Zem Assur » a été possible, grâce au partenariat de NSIA Assurances avec l’opérateur de téléphonie mobile Moov Togo. « Il suffit que le bénéficiaire ait un numéro de téléphone Moov actif, il souscrit à l’assurance « Zem Assur », détaille Michel Lawson, chef de la division Flooz, le service mobile money. Il a le choix pour un débit automatique de 75 francs CFA tous les matins, il a aussi le choix de faire un paiement hebdomadaire ou mensuel. Il paye aujourd’hui, la couverture prend effet le lendemain. »

    Selon Michel Lawson, le fonctionnement du service « Zem Assur » est simple lorsqu’il y a un accident et que l’assuré est blessé : « il y a un numéro d’urgence gratuit. Il faut appeler ce numéro, les secours interviennent rapidement et essayent d’orienter l’assuré par rapport à ses besoins. »

    Les secours acheminent donc les blessés vers un centre de soins. Tout est pris en charge, mais jusqu’à une somme maximale de 50 000 francs CFA pour les premiers soins et la même somme pour d’éventuels soins de traitement. Un capital de 500 000 francs CFA - soit 760 euros - est garanti en cas d’invalidité ou de décès.


    Sur le même sujet

    • Burundi

      Burundi: les moto-taxis interdits de circuler à Mukaza

      En savoir plus

    • Togo

      L’application GoZem, le Uber togolais des «zémidjan»

      En savoir plus

    • Togo

      Routes meurtrières au Togo: les contrôles seront renforcés

      En savoir plus

    • Reportage Afrique

      Togo: les conducteurs de taxi-motos ont leur mutuelle

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.