GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Climat: la BEI va «arrêter de financer les projets liés aux énergies fossiles après 2021» (officiel)
    • Jihadistes détenus en Syrie: Washington juge «irresponsable» de demander à l'Irak de les juger (responsable)
    • Le Sénat rejette le projet de budget de la Sécu pour protester contre le «mépris» de Macron
    • Foot: la France qualifiée pour l'Euro 2020 après le match nul entre la Turquie et l'Islande (0-0)
    • Éliminatoires CAN 2021: les Comores gagnent au Togo (1-0), le Kenya tient l’Égypte en échec (1-1) dans le groupe G.
    • Fusillade dans un lycée près de Los Angeles: deux des victimes sont décédées, le suspect interpellé
    • L'UE lance une procédure contre le Royaume-Uni pour ne pas avoir nommé de commissaire (officiel)
    • Manifestations à Hong Kong: mort d'un homme de 70 ans blessé par un jet de brique (hôpital)
    • Les eurodéputés valident la candidature du Français Thierry Breton à la Commission européenne (sources parlementaires)
    • Au moins 7 personnes touchées par des tirs dans un lycée près de Los Angeles (shérif et médias)
    • Premier décès en Belgique attribué à l'usage de la cigarette électronique (ministre)

    RDC: le Haut-Katanga veut devenir autosuffisant en maïs

    En RDC, certains producteurs locaux du maïs estiment qu’il faut plus de 15 000 hectares et un budget conséquent pour faire face au déficit alimentaire. CC0 Pixabay/

    À Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga, les autorités veulent développer la production de maïs, dont les prix flambent sur les marchés. Le but est d'arriver à l'autosuffisance et de limiter les importations.

    Au marché du centre-ville de Lubumbashi, le prix d’un sac de farine de maïs de 25 kg varie entre 34 000 et 38 000 francs congolais, soit 23 dollars. En Zambie, le même sac de farine coûte 5 à 6 dollars. « Le plus grand problème, c’est que nous sommes dépendants de la Zambie », constate Eric Kasongo, un importateur. « Le gouvernement zambien ne souhaite pas libérer le maïs vers les pays frontaliers. En fait, il n’y a pas vraiment eu une très bonne récolte de maïs. Ainsi [le gouvernement] aimerait préserver un stock consistant afin de ne pas avoir un déficit pour sa population. »

    Afin de lutter contre cette dépendance, le gouvernement provincial du Haut-Katanga a profité de cette table ronde agricole pour annoncer sa volonté d’augmenter la production du maïs. La province ne produit annuellement que 200 000 tonnes de cette céréale, alors que les besoins s’élèvent à 800 000 tonnes. « Nous sommes résolus à exploiter pour cette campagne agricole plus de 15 000 hectares. C’est un plan quinquennal, mais pour la campagne 2019, nous devons être en mesure d’emblaver 15 000 hectares », explique Thierry Magoma, ministre provincial de l’Agriculture. « C’est vrai qu’il faut s’attendre qu’il y ait encore des importations, mais nous voulons aussi diminuer les importations par rapport aux pays voisins. »

    ► À écouter aussi : RDC : l’agriculture, éternelle délaissée de la politique ?

    Certains producteurs locaux du maïs estiment qu’il faut plus de 15 000 hectares et un budget conséquent pour faire face au déficit alimentaire. « La culture du maïs est une culture des masses, on doit aligner au moins un million de gens », estime Mukalay Sonkwe, détenteur d’une minoterie. « Si on a financé un million d’hectares, on peut estimer à 750 000 hectares où l'on peut récolter convenablement. Si chacun met en circulation 5 tonnes, nous avons au moins 3 millions de tonnes de maïs. Or, avec 3 millions de tonnes, on peut stabiliser le prix de la farine. »

    Sur les 2,5 millions d’hectares de terres arables dans le Haut-Katanga, seuls 20 % sont exploités à ce jour.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.