GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    De belles perspectives à l'export pour le blé français

    Une vue aérienne d'un champ de blé à Coquelles, près de Calais dans le nord de la France. REUTERS/Pascal Rossignol

    La filière française du blé espère une bonne campagne d'exportation malgré le retard de l'Algérie dans ses commandes. Le port de Rouen a vite repris les embarquements céréaliers après l'accident de Lubrizol.

    L'accident de Lubrizol a peu perturbé les exportations de blé à Rouen, le premier port céréalier de France et d'Europe. En l'absence de suies, à l'intérieur comme à l'extérieur de ses installations, l'opérateur céréalier Sénalia, le plus proche de l'usine de produits pétroliers, a repris le chargement des bateaux dès le surlendemain de l'incendie, avec les analyses d'usage. Le blé est récolté depuis longtemps, il est dans les silos et ils sont en béton sur le port. L'acheminement vers Rouen par voie ferroviaire ou terrestre a, lui, repris le 2 octobre.

    Retour de l'Afrique de l'Ouest, espoirs auprès de l'Algérie et du Maroc

    Abondant et de qualité, le blé français est également compétitif en ce moment, grâce à la faiblesse de l'euro. L'Ukraine est toujours un concurrent très agressif, mais la Russie l'est beaucoup moins pour l'heure. La France pourrait donc vendre plus de 20 millions de tonnes de blé tendre à l'étranger, selon l'organisme public FranceAgrimer, dont 700 000 tonnes de plus que prévu hors d'Europe.

    De fait l'Afrique de l'Ouest a repris ses commandes à la France, avec près de 442 000 tonnes de blé tendre depuis juillet, le double de l'an dernier. La Chine a déjà acquis 144 000 tonnes contre zéro à la même période en 2018. Le Maroc importera beaucoup, après une récolte calamiteuse, il a abaissé ses droits de douane de 135 % à 35 %. Quant à l'Egypte elle a choisi le blé français pour l'un de ses deux derniers appels d'offres.

    Des opportunités aussi pour le blé dur

    L'Algérie est tout de même en retard dans ses achats à la France : - 23 % sur les trois premiers mois de la campagne, sans que l'on sache si les remaniements à la tête de l'Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) sont en cause. Mais le premier client du blé français devra remplir ses stocks. FranceAgrimer parie sur 5 millions de tonnes de blé français vers ce pays, comme l'an dernier.

    Autre source d'optimisme, cette fois pour les exportations françaises de blé dur - celui des pâtes et de la semoule : la demande est en hausse en Italie, en Tunisie, au Maroc et en Turquie. Or le numéro un mondial du blé dur, le Canada, n'a pas de quoi fournir cette année. Une opportunité pour le blé dur de l'Hexagone.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.