GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Crise sociale au Chili : le président Piñera condamne les violences policières

    À la Une: Dupont de Ligonnès, la fin de cavale

    Une photo mise à disposition le 23 avril 2011 montre le portrait du suspect dans l'assassinat de sa famille Xavier Dupont de Ligonnes sur le formulaire d'enregistrement de son club de tir où il avait effectué des exercices de tir à Nantes. AFP PHOTO

    C’est « l'un des plus grands mystères de l'histoire criminelle », lance Le Parisien, ce quotidien français qui a révélé l’information et dont la Une toute entière, ce matin, est envahie par le visage de Xavier Dupont de Ligonnès. Photo d’identité prise donc de face, extraite d’archives, tout comme l’est celle, de profil cette fois-ci, qui illustre la Une du journal Le Figaro.

    La cavale de ce fugitif a « pris fin hier après-midi, à l'aéroport de Glasgow », raconte Le Parisien, […] « sa trace a donc été retrouvée en Ecosse, où les autorités locales s'intéressaient depuis quelques semaines à un homme un peu étrange. Dans le doute, et alors que Xavier Dupont de Ligonnès faisait l'objet depuis plusieurs années d'une fiche rouge d'Europol, les policiers écossais transmettent des photos de cet individu à la direction centrale de la police judiciaire, chargée de cette enquête en France, poursuit ce journal. […] À son arrivée à l'aéroport, Xavier Dupont de Ligonnès est interpellé. Rapidement conduit à l'écart de la foule, le commercial n'oppose aucune résistance et laisse les policiers écossais prendre ses empreintes digitales. Quelques minutes plus tard, le résultat tombe. Sans appel, selon les enquêteurs écossais : cet homme qu'ils viennent d'interpeller, c'est Xavier Dupont de Ligonnès ».

    Le fugitif

    Selon Le Parisien, Xavier Dupont de Ligonnès aurait, pendant plusieurs années, « vécu à Glasgow sous une fausse identité, et en ayant quelque peu changé d'apparence ». Toujours selon Le Parisien, « il parvenait à voyager grâce à un passeport volé en 2014. Il a d'ailleurs été interpellé en tentant de rentrer en Ecosse après avoir séjourné ces derniers jours en Ile-de-France, où des perquisitions étaient en cours hier soir ».

    Rapportant les détails de cette enquête, le quotidien Le Monde, dans le sillage du scoop du Parisien, confirme que c’est un tuyau qui avait informé la police judiciaire française. Dupont de Ligonnès a été repéré par des policiers, dès l’embarquement, mais les forces de l’ordre n’ont pas eu le temps de l’interpeller. Ils ont donc prévenu Interpol.

    Selon les premiers constats de la police, complète-il, le suspect « avait subi des opérations de chirurgie esthétique au visage afin de modifier son apparence ». Les enquêteurs français en charge du dossier du meurtre de la femme et des enfants de Xavier Dupont de Ligonnès ont aussitôt pris la direction de Glasgow.

    « L’adversaire » nantais

    Cette affaire défrayait la chronique depuis la découverte, en avril 2011, du corps de sa femme et de ses enfants. Agnès Dupont de Ligonnès, 48 ans, Arthur, 21 ans, Thomas, 18 ans, Anne, 16 ans, et Benoît, 13 ans, avaient été enterrés sous la terrasse de leur maison familiale à Nantes. En revanche, Xavier, le père, s’était, lui, volatilisé. Depuis, il était recherché. « Sa voiture avait ensuite été repérée sur un parking d’hôtel Formule 1 à Roquebrune-sur-Argens, dernier endroit où il avait été vu, rappelle le journal Libération. Endetté après avoir multiplié les échecs professionnels, le père avait envoyé peu avant le drame un mail désespéré à des amis. S’en est suivi l’un des mystères les plus intrigants de ces dernières années », souligne ce journal.

    L’Europe passoire

    Et déjà, les critiques fusent au sujet de la longueur de la cavale de ce fugitif. Et cette question : l’Europe de Schengen n’est-elle pas une passoire ? Question soulevée ce matin par Le Midi Libre. « À l'heure où des centaines de jihadistes sont susceptibles de revenir sur le territoire national, que les services de renseignements sont sur le pied de guerre depuis l'attentat de la préfecture de police de Paris, on se demande comment l'homme le plus recherché du pays a pu passer aussi facilement à travers les mailles du filet, remarque ce quotidien du midi de la France. Comment cet individu isolé, sans ressources, a pu traverser les frontières au nez et à la barbe de l'immigration ». Et Le Midi Libre d’accuser la sécurité à Roissy-Charles-de-Gaulle, « classé parmi les pires aéroports de la planète en matière d'accueil et de sécurité. Après ce loupé magistral, il serait temps de renforcer sérieusement les contrôles. Surtout si l'on veut empêcher un revenant de s'enfuir... avec un passeport volé », fustige donc Le Midi Libre.

    C’est Nobel en Abyssinie

    Le prix Nobel de la paix a été attribué hier au premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, pour son rôle principal dans la réconciliation entre son pays et l’Érythrée. Pour Libération, Abiy Ahmed est « un paradoxe ». Ce quotidien souligne en effet que le nouveau Prix Nobel de la paix est tout à la fois un « pur produit du centralisme autoritaire éthiopien », un régime qui l’a donc construit et que, dans le même temps, il est en train de « dynamiter ». Libé le présente comme l’homme de la « réconciliation nationale » en Éthiopie. Toutefois, rappelle Libération, Abiy Ahmed a échappé à un attentat en juin 2018, et son bilan intérieur laisse « entrevoir des fissures qui pourraient lézarder la belle façade récompensée à Oslo », ce journal évoquant les « violences intercommunautaires » qui menacent encore de « déchirer » l’Éthiopie,

    En tout cas, pour le journal Sud-Ouest, la chance d’Abiy Ahmed est de diriger un pays au potentiel « considérable » et qui ne laisse aucune puissance « indifférente ». L'Éthiopie, souligne ce quotidien du sud-ouest de la France, est en train de devenir un « phare » de l'Afrique « nouvelle ».

    Et le quotidien Les Dernières Nouvelles d'Alsace d’apprécier qu'un prix « mette en lumière la façon dont le dialogue et la préservation des cultures amènent les armes à se calmer. La bonne volonté plutôt que les balles », prêche donc Les Dernières nouvelles d’Alsace.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.