GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Il est nécessaire de «restaurer l'ordre» à Hong Kong (ministère chinois de la Défense)
    • Fusillade en Californie dans la ville de Fresno: une dizaine de victimes dont «plusieurs morts» (police)
    • Manifestations et violences en Iran: Téhéran condamne le soutien de Washington à des «émeutiers»
    • Biélorussie: aucun représentant de l'opposition n'a été élu aux législatives (résultats officiels)
    • «Déchets, ça déborde! On fait quoi?» Journée spéciale ce lundi sur les antennes de RFI dès 6h TU (7h heure de Paris)
    • Hong Kong: la loi interdisant le port du masque est jugée anticonstitutionnelle (Haute cour)

    Climat, inégalités: les nouveaux défis du FMI

    La Bulgare Kristalina Georgieva au Forum économique mondial de Davos en janvier 2019. REUTERS/Arnd Wiegmann

    L'Assemblée annuelle du Fonds monétaire international (FMI) démarre ce lundi 14 octobre à Washington, en présence de tous les États membres. Avec à l’agenda, les priorités fixées par sa nouvelle directrice, la Bulgare Kristalina Georgevia.

    Kristalina Georgevia, qui est la première dirigeante du FMI issue d’un pays émergent, considère que le climat et les inégalités sont devenus des sujets incontournables pour son agence. Des sujets sur lesquels le Fonds a fait jusqu’à maintenant de beaux discours, mais pas de propositions concrètes. Son rôle traditionnel est de veiller à la stabilité financière internationale en jouant les pompiers quand un État se retrouve au bord de la faillite. Et on voit bien avec le nouveau défaut de paiement de l’Argentine malgré le soutien massif du FMI, qu’il a déjà fort à faire avec cette mission première.

    La dirigeante du FMI est convaincue qu’il faut taxer davantage le carbone pour faire baisser les émissions

    Selon la dernière étude du FMI, un prix du carbone à 75$ la tonne imposé dans tous les pays du G20 permettrait de limiter le réchauffement à +2° d'ici 2100. Il faut donc revoir la fiscalité selon Kristalina Georgevia. C’est efficace reconnaissent les observateurs, mais est-ce réaliste?

    La suppression des subventions sur l’essence exigée par le FMI a mis l’Équateur à feu et à sang. Le gouvernement de Quito vient d'ailleurs de renoncer à cette mesure pour mettre fin à la crise. Et c’est la fiscalité carbone qui a déclenché en France le mouvement des Gilets jaunes, là encore elle a finalement été abrogée. Tant que cet impôt écolo sera vécu comme une taxe sur les plus pauvres, sa mise en oeuvre parait bien improbable. Les économistes du Fonds devront donc déployer des trésors d’ingéniosité pour trouver la bonne formule fiscale, écologiquement efficace, égalitaire et politiquement neutre.

    Plutôt que de lutter contre les inégalités, le FMI est aussi régulièrement accusé d’aggraver la pauvreté des pays qu’il soutient

    Les programmes d’austérité qui accompagnent systématiquement l’octroi de prêts sont effectivement très critiqués depuis les années 80. Récemment l'ONG Jubilee Debt Campaign a accusé le FMI d’outrepasser ses propres règles en prêtant à des pays non solvables. Selon cette ONG britannique, outre l’Argentine, 16 autres pays sont fragilisés par les nouveaux prêts qui leur ont été octroyés par le FMI. C’est le cas entre autres de la Tunisie, de l’Égypte, de l’Équateur ou encore de l’Ukraine. Le Fonds rejette ces accusations, mais ne répond pas à la dernière proposition de l'ONG : privilégier la restructuration des dettes au détriment des créanciers plutôt que de consentir de nouveaux prêts, qui in fine pèseront sur le contribuable.

    Le FMI a-t-il les moyens de réaliser l'agenda de sa nouvelle directrice ?

    Les ressources du FMI sont basées sur les quotes-parts des pays membres et par les emprunts contractés auprès de ces pays. Or ces ressources sont à renouveler, il y a donc urgence à les augmenter pour adapter la force de frappe du fonds à la taille de l’économie mondiale. Cela passe aussi par une meilleure répartition des pondérations. Donner plus de pouvoir aux pays en développement, parce qu’ils participent plus à la création de richesses, et aussi parce qu’ils sont en première ligne dans la transition climatique ; vu la domination que les États-Unis exercent depuis 75 ans sur cette institution, faire bouger les lignes sera un vrai tour de force, cela fait aussi partie des défis que la Bulgare Kristalina Georgevia devra relever.

    ►En bref

    Un nouveau camouflet pour Libra, le projet de monnaie numérique de Facebook

    Pour le G7 elle menace la stabilité financière, par conséquent son approbation par les autorités monétaires est loin d'être acquise. Ce rapport publié hier sur internet sera présenté à l'assemblée annuelle du FMI. Par ailleurs la plupart des partenaires sollicités par le réseau social font défection, dont récemment Visa et Mastercard. Des informations qui seront discutées à la réunion Libra prévue aujourd'hui à Genève.

    La balance commerciale chinoise s'est fortement dégradée en septembre, bien au-delà des estimations.

    D'après les chiffres du mois dernier publiés ce matin par les douanes chinoises les exportations ont reculé de plus de 3% sur un an, et les importations de plus de 8%. Depuis le premier septembre de nouveaux droits de douane sont appliqués sur des produits chinois destinés au marché américain.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.