GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Climat: la BEI va «arrêter de financer les projets liés aux énergies fossiles après 2021» (officiel)
    • Jihadistes détenus en Syrie: Washington juge «irresponsable» de demander à l'Irak de les juger (responsable)
    • Le Sénat rejette le projet de budget de la Sécu pour protester contre le «mépris» de Macron
    • Foot: la France qualifiée pour l'Euro 2020 après le match nul entre la Turquie et l'Islande (0-0)
    • Éliminatoires CAN 2021: les Comores gagnent au Togo (1-0), le Kenya tient l’Égypte en échec (1-1) dans le groupe G.
    • Fusillade dans un lycée près de Los Angeles: l'une des victimes est décédée, le suspect interpellé
    • L'UE lance une procédure contre le Royaume-Uni pour ne pas avoir nommé de commissaire (officiel)
    • Manifestations à Hong Kong: mort d'un homme de 70 ans blessé par un jet de brique (hôpital)
    • Les eurodéputés valident la candidature du Français Thierry Breton à la Commission européenne (sources parlementaires)
    • Au moins 7 personnes touchées par des tirs dans un lycée près de Los Angeles (shérif et médias)
    • Premier décès en Belgique attribué à l'usage de la cigarette électronique (ministre)
    • Hôpitaux: Macron dit avoir «entendu la colère et l'indignation» du personnel soignant
    • Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo appelle à nouveau tous les pays à rapatrier leurs jihadistes détenus en Syrie
    • Les États-Unis vont «continuer à diriger» la lutte contre le groupe État islamique (Pompeo)
    • Hong Kong: les violences menacent le principe «Un pays, deux systèmes», affirme le président chinois

    Sanctions américaines contre l'acier turc: le mal est déjà fait

    Des barres d'acier. Getty Images/Stephan de Prouw

    En représailles à l'intervention militaire de la Turquie en Syrie, le président américain vient d'annoncer que les importations d'acier turc seraient taxées à 50 %. En réalité ces importations turques ont déjà été réduites à néant.

    Si elles s'appliquent, les sanctions américaines contre l'acier turc n'auront pas beaucoup d'effet. Pour la bonne raison qu'il n'y a plus beaucoup d'acier turc à rentrer aux États-Unis. Il faut se rappeler que Washington avait déjà imposé des taxes de 25 % sur beaucoup d'aciers étrangers en juin 2018 et que l'administration américaine avait très vite doublé ce pourcentage pour la Turquie, au moment du bras de fer avec Ankara pour faire libérer le pasteur Andrew Brunson des geôles turques.

    La Turquie n'est plus que le 19e fournisseur américain

    L'acier turc était donc déjà taxé à 50 % depuis près d'un an. Ces taxes n'ont été ramenées à 25 % qu'en mai dernier par Washington. Mais pour le commerce de l'acier entre la Turquie et les États-Unis, le mal était déjà fait. En chute de 38 % en 2018, les exportations d'acier turc ont encore plongé de 76 % en 2019, d'après les données des douanes américaines. La Turquie exporte de l'acier laminé à chaud, de moins grande valeur. Avec des taxes il n'était plus du tout compétitif, étant donné les distances de transport. De 7e fournisseur des États-Unis en 2017, avec 1,7 million de tonnes d'acier, la Turquie a dégringolé au 19e rang avec un peu plus de 200 000 tonnes seulement.

    Le vrai coup de massue vient de Bruxelles

    L'industrie turque de l'acier a donc déjà souffert. D'autant qu'avec la crise économique en Turquie la demande intérieure d'acier pour la construction, l'automobile ou les produits électroménagers, a chuté elle aussi, de 31 % sur un an en juillet dernier. Dernier revers en date, et pas des moindres, l'Union européenne, à la demande de ses aciéristes, a mis en place des mesures de sauvegardes contre l'acier turc, qui s'était massivement reporté du marché américain au marché européen. Bruxelles a imposé de nouvelles taxes, mais surtout un quota de 30 % par pays. La Turquie ayant déjà rempli le sien en septembre, elle devra attendre... juillet 2020 pour pouvoir réexporter vers l'Europe, qui était devenue son débouché refuge avec 7 millions de tonnes l'an dernier, 35 fois plus que vers les États-Unis ! Le véritable coup de massue sur l'acier turc, c'est donc l'Union européenne qui l'a donné cet automne. Le retour à 50 % de taxes américaines n'y changera pas grand-chose.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.