GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Soja américain: les producteurs dans l’expectative

    Un conteneur chargé de soja destiné à la Chine, dans l’Illinois, aux États-Unis, le 13 juin. © SCOTT OLSON / AFP

    Donald Trump l’a assuré à l’issue d’une rencontre avec le vice Premier ministre chinois : Pékin s’est engagé à acheter de 40 à 50 milliards de dollars de produits agricoles américains. Cette annonce a entrainé une légère hausse des cours du soja, mais les producteurs américains restent circonspects.

    L’accord n’est pas encore couché sur le papier : la Chine n'a pas précisé sur quels produits sur quels volumes ni sur quelle période ses commandes porteraient. Et le marché du soja, principale denrée agricole exportée par les Américains en Chine, réagit pour l’instant avec prudence. L’enjeu est crucial pour les producteurs : en 2017, la Chine importait pour 12 milliards de dollars de soja, ce qui représentait environ 57 % des exportations américaines. Ce montant est tombé à 3 milliards de dollars en 2018 après l’imposition de nouvelles taxes et les mesures de représailles chinoises.

    Avec la reprise des négociations, et pour montrer sa bonne volonté, Pékin s’est remis à acheter du soja américain : les Chinois en ont commandé 3,7 millions de tonnes entre début septembre et début octobre. Mais cela ne suffit pas à rassurer les producteurs.  

    Le Brésil, en passe de ravir aux États-Unis le titre de premier producteur mondial

    Depuis le début de la guerre commerciale, la Chine s’est tournée vers de nouveaux fournisseurs, en premier lieu le Brésil et l’Argentine, deux pays entre lesquels elle fait jouer la concurrence pour maintenir des bas prix. Le Brésil est bien parti pour être l'an prochain le plus gros producteur mondial de soja, devant les États-Unis, avec une récolte qui devrait faire date.

    Or aux États-Unis, les pluies diluviennes du printemps ont provoqué des inondations et réduit les surfaces cultivées. Selon les projections, les États-Unis afficheront une baisse de production de onze millions de tonnes de soja l’année prochaine par rapport à cette année. Le resserrement de l’offre fait grimper les prix, ce qui rend le soja venu des États Unis moins attractif que celui du sud du continent. Surtout que les prix brésiliens ont reculé. 

    Lorsqu’il a annoncé un accord préliminaire avec la Chine, Donald Trump a incité les fermiers à acheter des terres et de nouveaux tracteurs. Mais les producteurs, très affectés par la guerre commerciale, attendent d’avoir des informations concrètes sur l'accord avant de s’enthousiasmer. D’autant que la demande chinoise de soja devrait baisser, en raison de l’épidémie de peste porcine qui a ravagé les élevages de l’empire du Milieu.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.