GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Nouvelle-Zélande: éruption d'un volcan très fréquenté par les touristes

    Des chercheurs français et anglais mettent au point un «épiderme artificiel»

    L’objectif de ce dispositif serait de combler un déficit d’émotions lors de nos échanges numériques et à terme d’améliorer les rapports entre les hommes et les robots, estiment ses créateurs. Getty Images/Prasngkh Ta Kha

    Ils ont développé une membrane synthétique qui ressemble à s’y méprendre à de la peau humaine. Cet épiderme artificiel doterait nos objets connectés du quotidien d’une extrême sensibilité en réagissant à nos gratouilles, caresses et mêmes à nos chatouilles.

    Les doudous, les nounours, et autres Sophie la girafe qui ont bercé notre enfance ont été définitivement troqués en ce début du XXIe siècle par des joujoux high-tech dont la forme et la texture sont incapables de susciter en nous la moindre émotion. Impossible de les câliner ou de les tapoter affectueusement, par exemple, constataient les ingénieurs et designers français et britanniques des universités de Bristol, La Sorbonne et celle de Télécom Paris. C’est la raison pour laquelle, ils ont décidé de mettre au point une peau artificielle permettant de véhiculer une charge émotionnelle vers n'importe quel appareil électronique. Ou presque ! Car il ne s’agit pour l’instant d’un prototype qui ne s’adresse qu’aux dispositifs de petites dimensions.

    Leur nouveau procédé d’interaction avec les objets connectés a toutefois de quoi surprendre. Cette membrane imite à la perfection la peau humaine. Elle est capable, une fois accolée à un smartphone, un clavier d’ordinateur, ou encore à une souris, de leur communiquer notre humeur du moment. Les actions comme celles de chatouiller, gratouiller, caresser ou encore de pincer cet épiderme synthétique permettront de transmettre à nos appareils tout un éventail d’émotions typiquement humaines.

    Une peau réactive selon les gestes

    Cette interface qui se nomme Skin-On est composée de plusieurs couches de silicone. Les électrodes souples qui sont reliées par des fils conducteurs baignant dans un gel hypoderme, font office de nerfs. Les différentes pressions exercées à la surface du système font varier le champ électromagnétique des fils sous-cutanés, l'appareil électronique capte ces données à travers une connexion sans fil et les analyse à l’aide d’une application dédiée. La peau réagit selon les gestes que vous aurez effectués en affichant vos humeurs sur l’écran d’un smartphone « Techniquement Skin-On fonctionne comme tous les systèmes tactiles », précise le chercheur français Marc Teyssier, qui a participé à la conception du prototype.

    L’objectif de ce dispositif serait de combler un déficit d’émotions lors de nos échanges numériques et à terme d’améliorer les rapports entre les hommes et les robots, estiment ses créateurs. Ils envisagent, le plus sérieusement du monde, de pousser le réalisme de leur invention encore plus loin en ajoutant des poils à la prochaine version de leur peau électro. Alors ? Bientôt des smartphones poilus pour remplacer nos Doudous perdus ? Décidément, les innovations de la high tech n’ont pas fini de nous étonner.

    Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

    • Jellyfishbot, l'aspirateur de détritus marins

      Jellyfishbot, l'aspirateur de détritus marins

      Le robot aquatique Jellyfishbot permet de collecter les macro-déchets et les hydrocarbures à la surface de l'eau, qui stagnent dans les ports. Cette machine amphibie …

    • Des cellules nerveuses artificielles

      Des cellules nerveuses artificielles

      Des chercheurs européens ont conçu une puce électronique 100 % biocompatible, mimant le comportement de nos cellules nerveuses. L’objectif est de traiter certaines maladies …

    • Ebios, village spatial écolo

      Ebios, village spatial écolo

      Alors que les agences spatiales se préparent à coloniser des mondes extraterrestres, l’idée d’installer un village lunaire ou martien permanent refait surface.

    • Spot, le robocop canin de la police américaine

      Spot, le robocop canin de la police américaine

      Aux États-Unis, la police du Massachusetts vient d’intégrer dans ses rangs son 1er robot-chien policier. L’animal cybernétique Spot, conçu par la société Boston Dynamics, …

    • La VR, la réalité virtuelle m’anesthésie

      La VR, la réalité virtuelle m’anesthésie

      Un hôpital pour enfant aux États-Unis expérimente des casques immersifs de réalité virtuelle pour remplacer les anesthésies traditionnelles lors d’interventions chirurgicales …

    • Une IA prédit où tombe la foudre

      Une IA prédit où tombe la foudre

      Un programme d’intelligence artificielle mis au point par des chercheurs suisses prévoit les points d’impact de la foudre par temps d’orage. L’objectif des scientifiques …

    • Stadia dans les starting blocks

      Stadia dans les starting blocks

      Le géant de l’internet Google se prépare au lancement de Stadia, un nouveau service en ligne qui a pour ambition d’envoyer au musée toutes les consoles de jeux.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.