GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    La Darpa télépathie

    (Image d'illustration) Defense Advanced Research Projects AgencyNews And Events (Darpa)

    Le nouveau projet de l’agence de recherche du département de la Défense aux Etats-Unis est de développer une interface cerveau-ordinateur portative pour les soldats américains. Objectif de l’agence ? Permettre aux militaires de contrôler toutes sortes de véhicules ou des armes de façon instinctive, en se servant uniquement de leurs ondes cérébrales.

    Ce n’est un secret pour personne, la plupart des joujoux numériques que nous utilisons quotidiennement ont une origine militaire. Depuis la fin des années 1950, le champion du déploiement de ces innovations high-tech aux États-Unis et dans le monde, se nomme la Darpa.

    Les chercheurs travaillant pour l’agence du département américain de la Défense conçoivent toutes sortes de gadgets électroniques destinés aux forces armées du pays. Certaines de leurs inventions, comme Internet ou le GPS, ont conquis depuis longtemps le grand public. D’autres, en revanche comme les technologies qui intègrent les robots tueurs patrouillant sur les champs de bataille, restent réservés exclusivement aux seules activités guerrières.

    Parmi ses projets en gestation, la Darpa, cherchait depuis 2015 à connecter les cerveaux des soldats américains aux machines, afin qu’ils puissent contrôler des véhicules ou des armes à la vitesse de la pensée. Ben voilà ! C’est fait, vantent les sites web affiliés à l’agence.

    Concrètement, ce dispositif d’électroencéphalographie décrypte en temps réel les ondes cérébrales de son porteur. Cette technologie n’est pas vraiment une nouveauté, les casques dénommés EEG ou les implants neurologiques sont déjà largement utilisés dans le domaine médical pour que les paraplégiques recouvrent en partie leur mobilité.

    Le système du département américain de la Défense se présente sous la forme d’un petit patch qui est collé à la base de la nuque du soldat. Cette interface minuscule transfère par ondes radio les signaux neurologiques jusqu’à un boîtier électronique. Un programme d’intelligence artificielle intégré traduit les données en action de commandes pour contrôler divers objets à distance. « Ce dispositif serait parfait pour piloter les drones de reconnaissance, mais aussi ceux de combats », précisent les chercheurs de plusieurs universités américaines qui ont mis au point le procédé.

    Mais pas seulement, argumente la Darpa. Les capacités du système dénommé Skintronics profiteraient aux vétérans victimes de blessures neurologiques, afin qu’ils contrôlent par influx nerveux leurs prothèses ou leurs fauteuils roulants.

    Une technologie qui permettrait peut-être un jour de reconnecter les nerfs moteurs sectionnés de la moelle épinière d’une personne handicapée, envisagent les chercheurs de l’agence américaine. Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr.


    Sur le même sujet

    • Nouvelles Technologies

      Des chercheurs français et anglais mettent au point un «épiderme artificiel»

      En savoir plus

    • Nouvelles Technologies

      Lentille ultra mince pour smartphone

      En savoir plus

    • Nouvelles Technologies

      DeepFly3D, quand l’IA prend la mouche

      En savoir plus

    • Nouvelles Technologies

      Un drone tueur de drones

      En savoir plus

    • Nouvelles Technologies

      Une «robolution» pour les seniors

      En savoir plus

    • Jellyfishbot, l'aspirateur de détritus marins

      Jellyfishbot, l'aspirateur de détritus marins

      Le robot aquatique Jellyfishbot permet de collecter les macro-déchets et les hydrocarbures à la surface de l'eau, qui stagnent dans les ports. Cette machine amphibie …

    • Des cellules nerveuses artificielles

      Des cellules nerveuses artificielles

      Des chercheurs européens ont conçu une puce électronique 100 % biocompatible, mimant le comportement de nos cellules nerveuses. L’objectif est de traiter certaines maladies …

    • Ebios, village spatial écolo

      Ebios, village spatial écolo

      Alors que les agences spatiales se préparent à coloniser des mondes extraterrestres, l’idée d’installer un village lunaire ou martien permanent refait surface.

    • Spot, le robocop canin de la police américaine

      Spot, le robocop canin de la police américaine

      Aux États-Unis, la police du Massachusetts vient d’intégrer dans ses rangs son 1er robot-chien policier. L’animal cybernétique Spot, conçu par la société Boston Dynamics, …

    • La VR, la réalité virtuelle m’anesthésie

      La VR, la réalité virtuelle m’anesthésie

      Un hôpital pour enfant aux États-Unis expérimente des casques immersifs de réalité virtuelle pour remplacer les anesthésies traditionnelles lors d’interventions chirurgicales …

    • Une IA prédit où tombe la foudre

      Une IA prédit où tombe la foudre

      Un programme d’intelligence artificielle mis au point par des chercheurs suisses prévoit les points d’impact de la foudre par temps d’orage. L’objectif des scientifiques …

    • Stadia dans les starting blocks

      Stadia dans les starting blocks

      Le géant de l’internet Google se prépare au lancement de Stadia, un nouveau service en ligne qui a pour ambition d’envoyer au musée toutes les consoles de jeux.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.