GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 2 Décembre
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Quim Torra, président catalan et personnalité controversée

    Quim Torra, le président de la Catalogne. REUTERS/Albert Gea

    Les violents affrontements qui ont secoué la Catalogne après l’annonce de la condamnation des dirigeants séparatistes emprisonnés à de lourdes peines de prison le 14 octobre ont fait au moins 600 blessés. La communication entre le chef de l’exécutif espagnol Pedro Sanchez et le président de la province catalane Quim Torra est au point mort.

    « La défense des droits doit s’exprimer toujours de manière pacifique. Nous le demandons à tous. La violence n’a jamais été et ne sera jamais notre étendard, que ce soit à Barcelone, Tarragone, Gérone ou Lérida. »

    Cet appel au calme de Quim Torra n'a pas suffit à convaincre Pedro Sanchez, qui en visite à Barcelone après les violentes manifestations n'a pas voulu rencontrer le président catalan.

    Avocat, né en 1962, Quim Torra a créé une maison d’édition et dirigé de grandes institutions culturelles catalanes. C’est par défaut qu’il est élu président de la Généralité en mai 2018, 66 voix contre 65 avec l’abstention de l’extrême gauche, pour remplacer le dirigeant en exil Carles Puigdemont. Très critiqué pour d'anciens propos xénophobes sur les espagnols, Quim Torra, une fois élu président, poursuit les déclarations polémiques et ses prises de position continuent à faire débat, comme le souligne le chercheur Cyril Trépier, de l'université paris VIII : « Je pense au comité de défense de la République et au groupe Préparation attentats qu’il a publiquement soutenu au Parlement. »

    « Quim Torra fait partie d'une ligne du séparatisme catalan au nationalisme exacerbé », décrypte Gabriel Colomé, professeur de sciences politiques à l'université autonome de Barcelone.

    Mais si la personnalité de Quim Torra divise au sein même du mouvement indépendantiste, ce qui fait l'unanimité en revanche c'est le caractère jugé discriminatoire du procès contre les dirigeants catalans. Neuf personnes ont été condamnées à de lourdes peines de prison pour sédition. Certaines ONG, tout comme les indépendantistes, contestent l'interprétation de la justice. Daniel Camós, délégué de la Généralité de Catalogne en France, estime que la question est avant tout politique.

    La reprise du dialogue, que tous espèrent, va prendre du temps estime Gabriel Colomé. En attendant, la Catalogne en crise pèse de tout son poids dans la campagne des législatives du 10 novembre, et selon les sondages c'est au bénéfice des conservateurs.


    Sur le même sujet

    • Espagne

      Les mères des manifestants catalans descendent dans les rues de Barcelone

      En savoir plus

    • Décryptage

      Un dialogue est-il possible entre Madrid et la Catalogne?

      En savoir plus

    • Espagne

      Manifestations en Catalogne: le dilemme de Pedro Sanchez

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.