GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Corée du Nord: «test très important» sur la base de lancement de Sohae (KCNA)

    Dia de los muertos, le jour des morts est une fête!

    Autel traditionnel du jour des morts. © Wikimedia Commons/Saridennise/Flickr/Eneas de Troya

    Le Mexique tient de son histoire, et de ses ancêtres une certitude : la vie ne se termine pas avec la mort. Le monde des vivants et celui des défunts interagissent constamment.

    (Rediffusion du 27 octobre 2018).

    Les esprits des défunts, leurs âmes nous accompagnent au quotidien, et plus encore au moment de la fête des morts célébrée dans le monde le 2 novembre.

    Loin de la tristesse des célébrations européennes, le Mexique prépare impatiemment et tout le mois d’octobre, le retour parmi les vivants de ses chers défunts. Les 31 octobre et le 1er novembre sont consacrés aux angelitos, les enfants, et le 2 novembre aux adultes. Leur retour est lumineux, joyeux, festifs ! Les cimetières se couvrent de fleurs orange et jaune, des cempasuchil (œillets d’Inde). Les familles dressent chez elles des autels avec les photos de leurs morts, des bougies, des papiers découpés, de l’encens, de l’eau – le périple du retour parmi les vivants est long et donne soif -  du café, des cigarettes, des petits plaisirs du quotidien de la grand-mère dont on se remémore, et bien sûr des plats : ceux que le défunt aimait et d’autres devenus des mets traditionnels du Dia de muertos : le pan de muertos, le pain des morts hérités des espagnols qui tentaient de faire coïncider leurs traditions (pain chrétien) et les rituels des « indigènes »- les tamales, des têtes de mort en sucre – las calaveras. La figure de la Catrina est apparue bien plus tard, au début du XXème siècle. Il s’agit d’une femme, bourgeoise, un squelette féminin vêtu richement, une défunte bourgeoise en collier de perles imaginé pour tourner en dérision la haute société. Ce personnage est généralement attribué au caricaturiste mexicain José Guadalupe Posada. Elle est devenue une figure emblématique de la fête des morts depuis sa reprise par le célèbre peintre Diego Rivera.

    Autour de la table 4 invitées : Mercedes Ahumada est chef, traiteur à domicile, donne des cours. Elle est l’une des voix du Mexique en France, et sur Facebook : cuisine-mexicaine. Ximena Velasco est l’organisatrice du festival « Que Gusto », festival de gastronomie mexicaine à Paris (festivalquegusto.com) organisé en juin, et partie prenante en novembre des festivités autour de la fête des morts. Maria Eugenia Gomez Vignola, Mexicaine à Paris, amoureuse de son pays et membre de l’équipe du restaurant Anahuacalli à Paris. Yvonne Sanchez est celle grâce à qui cette émission existe ! Journaliste à la rédaction latino-américaine de RFI, Yvonne m’a, la première, parlé de ce jour des morts, des traditions qui entourent cette fête.

    Yvonne Sanchez, Maria Eugenia Gomez Vignola, Mercedes Ahumada, Ximena Vignola. RFI/Clémence Denavit

    La recette du Mole est celle de Fausto Daniel Garduño. Il est le chef du restaurant « Anahuacalli ». Formé et originaire de Mexico, Fausto Garduñ propose une cuisine traditionnelle, authentique et savoureuse. Ses « mole » sont des voyages, il propose même la célèbre sauce… en glace ! Anahuacalli, 30 rue des Bernardins dans le 5ème arrondissement de Paris (à 2 pas de Notre-Dame et du Panthéon). 

    En savoir plus :
    - «Mexique : le livre de la cuisine», de Margarita Carrillo Arronte, aux éditions Phaïdon
    - «Coco», film d’animation de Lee Unkrich et Adrian Molina. Pixar (2017)
    - Le jour des morts est inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco.

    Programmation musicale
    - Llorona, interprétée par Chavela Vargas, puis Eugenia Leon
    - La cancion, de Los calaveras
    - La Bruja, de Eugenia Leon.


    Sur le même sujet

    • Goûts d’Afrique

      Goûts d’Afrique

      Hymne à l’Afrique, à son histoire, sa diversité, aux goûts francs et assumés, à la vie qui pulse, et jaillit. «Goûts d’Afrique» donne à découvrir une Afrique savoureuse …

    • Nourritures préhistoriques

      Nourritures préhistoriques

      Que mangeaient les hommes préhistoriques, il y a 3 millions d’années, à l’ère paléolithique, avant l’élevage et l’agriculture. Que sait-on de leur alimentation, des éventuels …

    • Refettorio: restaurer l’âme

      Refettorio: restaurer l’âme

      Le Refettorio est un restaurant situé dans la crypte de l’Église de la Madeleine à Paris. Beau, gastronomique, solidaire, il est le dernier né des Refettorio, imaginé …

    • Odeur de terre rouge, de gingembre et d’épices: le goût de Madagascar

      Odeur de terre rouge, de gingembre et d’épices: le goût de Madagascar

      «Le riz : il est incontournable, fondamental. Il est de tous les plats à Madagascar». Le riz – vary – est la sève de la cuisine malagasy. Son odeur particulière, unique …

    • Nourrir son âme et son corps avec l’ayurveda

      Nourrir son âme et son corps avec l’ayurveda

      L'ayurveda est une science née en Inde, il y a plus de 5 000 ans. Une médecine millénaire préventive et curative, dont le but est d'améliorer notre qualité de vie, et …

    • Manger magique

      Manger magique

      Quels rituels, quels interdits alimentaires, quelles croyances ? Où que l'on soit dans le monde, «manger» n'est pas un acte anodin. La nourriture, la personne, notre …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.