GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 2 Décembre
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Mali: «Résister aux dérives de détournement du combat contre le terrorisme»

    Tiebile Drame, ministre malien des Affaires étrangères, à Paris, le 15 juillet 2019. AFP/Joël Saget

    Le Mali redoute t-il un désengagement de la France après la mort de 13 soldats français sur son sol ? Ou espère t-il au contraire une solidarité encore plus forte? Tiébilé Dramé est le ministre malien des Affaires étrangères. En ligne de Bamako, il répond aux questions de Christophe Boisbouvier.

    RFI : Quelle est votre réaction après la mort de 13 soldats français dans votre pays ?

    Tiébilé Dramé : Attristé. C’est un coup dur, une dure épreuve, pour la France, pour le Mali et pour le Sahel tout entier. Nous nous inclinons devant le sacrifice de ces jeunes Français, morts pour la France, mais aussi morts pour le Mali, morts pour la liberté du Mali et pour le Sahel. Quelle que soit la difficulté du moment, il faut rester debout, il faut résister à toutes les tentations, à toutes les dérives qui tendent à nous détourner du droit chemin du combat contre le terrorisme.

    C’est une guerre dont le sens échappe désormais à nombre de Français, et de Maliens eux-mêmes, affirme à Paris le député d’opposition Jean-Luc Mélenchon, et c’est vrai qu’on entend de plus en plus de voix au Mali qui demandent aux Français de partir…

    Cela fait quelques mois déjà que nous disons aux Maliens de ne pas se tromper de combat, de ne pas confondre nos amis et nos ennemis. C’est ce que les terroristes recherchent, créer la confusion, créer le désespoir, pour que le sens du combat qui est mené aujourd’hui au Sahel soit perdu et que l’on s’en prenne les uns aux autres. C’est précisément cela qu’il faut éviter. C’est pourquoi il est important de rester debout, de rester serein malgré les difficultés, et c’est pourquoi nous disons à l’opinion démocratique française, à l’opinion publique française, au peuple français, que les jeunes soldats envoyés au Sahel pour défendre la liberté, pour défendre nos pays contre l’obscurantisme, ces jeunes soldats sont les frères d’armes de nos FAMA (Forces armées maliennes), je veux dire nos forces de défense et de sécurité.

    Mais après ces 13 morts, est-ce que vous ne craignez pas que des Français se disent « ce n’est pas à nos soldats de se battre au Mali, c’est aux soldats maliens. »

    Les soldats français, ne l’oublions pas, sont arrivés en janvier 2013 au Mali, à la demande des autorités maliennes, dans le cadre de l’opération Serval, opération salvatrice, libératrice du Mali, ne l’oublions pas. L’opération Barkhane est la continuation de l’opération Serval. Nous avons un défi, la situation internationale s’est compliquée depuis, nous sommes en face de filiales de Daech, de l’EI, et face à cela, c’est toute la communauté internationale qui est concernée et c’est toute la communauté internationale qui doit se mobiliser. Le combat se mène au Sahel, mais ce n’est pas seulement le combat du Sahel. Le combat se mène au Mali, mais ce n’est pas seulement le combat du Mali. C’est le combat de toutes les forces démocratiques qui doivent se mobiliser au-delà des frontières pour vaincre le terrorisme.

    En 2011, après dix ans d’opération en Afghanistan, l’opinion publique française s’est fatiguée de cette présence militaire française dans ce pays d’Asie centrale et Nicolas Sarkozy a rappelé les troupes françaises, est-ce que vous ne craignez pas que le même phénomène ne se reproduise au Mali ?

    Comparaison n’est pas raison. L’Afghanistan est trop loin de la France, trop loin de l’Europe. Le Sahel, c’est la frontière sud de l’Europe, il est normal que l’Europe se sente plus concernée. Et la France joue un rôle de précurseur par son intervention déjà en janvier 2013 et par l’opération Barkhane. Je crois qu’on ne peut comparer ce qui s’est passé en Afghanistan avec ce qui se joue aujourd’hui au Sahel parce que nous sommes voisins, et la Méditerranée n’est pas une frontière. On voit comment les jeunes Africains, malgré les pertes, bien que la Méditerranée soit devenue une mer dévoreuse, continuent à enjamber ce fleuve, cette mer pour se rendre en Europe… notre proximité impose des devoirs et on ne peut comparer cela avec l’Afghanistan.

    Alors vous parlez de la fraternité d’armes entre soldats maliens et français et c’est vrai que beaucoup de soldats maliens sont tombés depuis le 30 septembre dernier dans cette même région des trois frontières, mais en même temps votre propre collègue ministre de la Défense du Mali déclare - c’était la semaine dernière devant votre Assemblée nationale - : « Quand je vois mon armée, j’ai peur ».

    Je pense que le ministre de la Défense était dans son rôle devant les parlementaires maliens, pour les sensibiliser sur la gravité de la situation, afin d’amener les parlementaires à prendre toute la mesure de ce qui se joue au nord de notre pays, au nord-est en ce moment-là, où dans la partie centrale du territoire ou dans la zone des trois frontières, dans le Liptako Gourma. Il était dans son rôle de sensibiliser les parlementaires et leur dire que c’est une guerre qui se mène chez nous, et que nous avons à jouer notre rôle en premier lieu. Il appartient aux soldats maliens, soutenus par le peuple malien de jouer le premier rôle. L’aide que nous recevons des forces internationales, des forces françaises est une aide appréciable, elle est nécessaire, nous en avons besoin, mais enfin c’est à nous d’abord Maliens, civils comme militaires, peuple malien, c’est à nous de jouer le premier rôle. Je pense que c’est ce message que le ministre a voulu faire passer aux parlementaires maliens, je crois que ce message a été entendu.

    Après la mort de ces 13 soldats français, pensez-vous que le sentiment anti-français qui s’exprime quelquefois dans les rues de Bamako va s’amplifier ou pas ?

    Ah non, pas du tout, j’imagine que le sacrifice de ces 13 militaires français incitera à davantage de réflexion. Et que cela mettra un bémol à l’expression de ce sentiment qui ne doit pas continuer à prospérer tout simplement parce que c’est la preuve que les Français, que l’armée française aussi, prennent des risques pour le Mali, pour la liberté du Mali et que nous ne pouvons pas continuer à nourrir ce sentiment dont vous parlez alors que le sang français est versé dans notre pays. Nous avons besoin dans cette partie du Sahel, dans cette partie de l’Afrique, de l’union sacrée de toutes les forces vives, pas seulement au Mali, au Niger, au Burkina Faso… dans les pays du G5. L’union sacrée autour de nos forces armées et de sécurité. Nous disons aux Français également que ce n’est pas le moment de se décourager, le sang des jeunes Français versé pour la liberté du Sahel cimentera incontestablement les relations entre nos peuples. Donc au-delà de l’opinion malienne, au-delà de l’opinion sahélienne, je voudrais aussi transmettre un message du gouvernement malien, un message du Mali, à l’endroit de l’opinion publique française, malgré les difficultés… et dieu sait que c’est difficile, nous ne devons pas céder, nous ne devons pas baisser les bras, nous ne devons pas nous décourager, nous ne devons pas nous démobiliser. La victoire contre le terrorisme est à ce prix-là, rester soudés, rangs serrés, déterminés et mobilisés.


    Sur le même sujet

    • Revue de presse Afrique

      À la Une: le lourd tribut de l’armée française au Mali

      En savoir plus

    • Mali

      Mali: la force héliportée, l'outil incontournable de Barkhane dans le Sahel

      En savoir plus

    • Mali / France

      Mali: 13 soldats français de la force Barkhane tués dans un crash d’hélicoptères

      En savoir plus

    • France / Mali

      En France et au Mali, afflux d'hommages aux treize soldats français tués

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.