GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Janvier
Vendredi 17 Janvier
Samedi 18 Janvier
Dimanche 19 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 21 Janvier
Mercredi 22 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Taxe des géants du numérique: les négociations avec les Américains «très difficiles», dit Bruno Le Maire
    • La Malaisie renvoie 150 conteneurs de déchets contenant quelque 3737 tonnes de déchets vers plusieurs pays dont la France (autorités)
    • Indonésie: à Sumatra, sept morts dans l'effondrement d'une passerelle tenue par des câbles (Agence nationale de gestion des catastrophes)
    • Intempéries: vastes tempêtes de poussière et fortes averses de grêle sur l'Australie sinistrée par les feux
    • La Corée du Sud annonce un premier cas du mystérieux virus apparu en Chine sur une voyageuse en provenance de Wuhan (KCDC)

    Algérie: l’économie du pays plombée par l’incertitude politique

    Les manifestants dans la rue pour protester contre l'élection présidentielle, le 12 décembre 2019. REUTERS/Ramzi Boudina

    Le nouveau président algérien n’aura pas la tâche facile dans le domaine économique. Les neuf mois de « Hirak », ce mouvement de contestation qui ont entrainé la chute du président Bouteflika ont impacté une économie déjà fortement handicapée par le manque de diversification.

    Cette année, la croissance économique algérienne atteindra à peine 1,3%. Fortement handicapée par le ralentissement des secteurs gazier et pétrolier. Mais surtout, la paralysie du pouvoir politique, consécutive au mouvement de contestation populaire, a entrainé des retards dans les commandes d’État. Or ces commandes sont vitales pour certains secteurs comme le bâtiment.

    « Les entreprises sont déstabilisées, nous vivons une période où il n’y a pas de commandant de bord sur le plan économique, et il y a une vraie inquiétude des chefs d’entreprise concernant l’avenir, sachant que ces dernières années, le BTPH, les bâtiments et travaux publics et hydrauliques, parle d’une perte d’emploi de 280 000 postes. C’est énorme », explique Abdelkrim Boudra, analyste au cercle de réflexion Nabni.

    Autre handicap, malgré les récentes condamnations de responsables politiques et économiques, le clientélisme n’a pas disparu, selon le chercheur Brahim Oumansour. « Cette fusion malsaine entre le monde politique et le monde des affaires, continue malheureusement à peser sur les décisions politiques, et entrave toute prise de décisions importantes dans le sens de la lutte contre la corruption et pour encourager l’investissement et l’économie productive », estime-t-il.

    Selon Abdelkrim Boudra, l’État n’a cessé de repousser depuis des années les réformes structurelles indispensables à la relance de l’économie. Parmi celles-ci, la question des subventions aux produits de base, lait, huile, semoule, essence qui coûtent chaque année l’équivalent de 15 à 20 milliards de dollars au budget de l’État. Les futurs dirigeants devront s’y atteler. Mais pour le chercheur de Nabni, il faudra du courage et du savoir-faire.

    « Une réforme des subventions reste complexe. Nous avons travaillé sur des scénarii soit pour une réforme ciblée, ou bien pour l’instauration d’un revenu universel. Mais, il faut de la légitimité politique pour pouvoir l’expliquer aux citoyens et de l’ingénierie. Ingénierie qui fait défaut actuellement », déplore l'analyste.

    L’Algérie n’a pas réussi non plus ses politiques de diversification, visant à rompre avec l’ultra dépendance au secteur des hydrocarbures.  « La part de l’industrie dans l’économie nationale a baissé, les services n’ont pas été développés, l’agriculture, un peu, mais pas tant que cela. Globalement, la diversification est au point mort », détaille Abdelkrim Boudra.

    Quel que soit son nom, le nouveau président devra prendre des mesures fortes, mais pour les économistes le principal handicap pourrait provenir d’un manque de légitimité populaire.


    Sur le même sujet

    • Algérie

      Présidentielle en Algérie: une journée de vote marquée par l'abstention

      En savoir plus

    • Algérie

      Présidentielle en Algérie: un scrutin au déroulement incertain

      En savoir plus

    • Algérie

      Présidentielle en Algérie: qui sont les candidats?

      En savoir plus

    • Algérie

      Algérie: les rassemblements se poursuivent avant la présidentielle

      En savoir plus

    • Algérie / Justice

      Algérie: les ex-Premiers ministres Ouyahia et Sellal condamnés pour corruption

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.