GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Election présidentielle en Pologne: les deux candidats au coude à coude

    media Bronislaw Komorowski, candidat libéral du parti pro-européen Plateforme Civique (g) et Jaroslaw Kaczynski, le candidat du parti conservateur Droit et Justice lors de leur meeting de campagne, le 2 juillet 2010. Reuters/Peter Andrews/Kacper Pempel

    Le deuxième tour de l’élection présidentielle polonaise a lieu dimanche 4 juillet. Il oppose Bronislaw Komorowski, candidat libéral du parti pro-européen Plateforme Civique (PO), arrivé en tête au premier tour, à Jaroslaw Kaczynski, le candidat du parti conservateur Droit et Justice (PIS).  Largement distancé au départ dans les intentions de vote, le frère jumeau de l’ancien chef de l’Etat décédé en avril dans un accident d’avion a rattrapé son retard. A tel point que les deux hommes sont désormais à égalité dans les sondages.

    La stratégie de Jaroslaw Kaczynski a finalement payé. Habitué des diatribes nationalistes contre les ingérences de l’Union européenne ou contre le communisme, le candidat conservateur s’est efforcé de lisser son discours durant une campagne axée sur la solidarité. Résultat, le frère du défunt Lech Kaczynski apparaît désormais aux yeux des Polonais comme un candidat plus consensuel qu’il ne l’était en début de campagne.
    Cette remontée dans l’opinion est visible dans les derniers sondages. La majorité d’entre eux continuent de donner Bronislaw Komorowski vainqueur, mais avec une très faible marge. Le scrutin du dimanche 4 juillet sera très serré.

    L’abstention, clé du scrutin

    Partir en vacances ou bien rester voter ? Voilà un choix cornélien que certains Polonais n’ont pas eu à faire…

    Vote à Varsovie 04/07/2010 Écouter

    Plus que les différences entre les deux programmes, le résultat du vote dépendra d’abord de l’abstention. Si elle est importante, elle pourrait bénéficier à Jaroslaw Kaczynski. En effet, l’électorat conservateur, majoritairement basé dans les campagnes et les petites villes, est plus discipliné que celui du candidat libéral. Cette donnée n’est pas négligeable, d’autant que le scrutin se déroule pendant les congés estivaux, période durant laquelle les électeurs libéraux citadins partent en vacances. Pour éviter une abstention des vacanciers, Bronislaw Komorowski, qui est actuellement chef de l’Etat par intérim, a exhorté les Polonais à prendre leurs dispositions pour voter sur leur lieu de villégiature.

    Séduire les électeurs de gauche

    L’électorat de gauche et en particulier les partisans du leader social-démocrate Grzegorz Napieralski (troisième avec 13,68% des voix au premier tour) auront aussi leur mot à dire dans une élection qui oppose deux candidats de droite. A l’issue du premier tour, deux tiers d’entre eux étaient décidés à voter Komorowski. Mais Jaroslaw Kaczynski a recentré son discours et s’est employé à les séduire lors de cette dernière semaine de campagne, parfois même en choquant au sein de son propre camp. En meeting, l’homme politique, souvent critiqué pour son obsession à décommuniser la Pologne, est allé jusqu’à faire l’éloge de l’ancien dirigeant communiste Edward Gierek, « communiste mais patriote ». Parallèlement, il s’est aussi montré favorable au retrait des troupes polonaises d’Afghanistan. Cela sera-t-il suffisant pour faire basculer le scrutin en sa faveur ? En 2005, son frère y est déjà parvenu. Alors devancé dans les sondages par Donald Tusk (PO), actuel Premier ministre, Lech Kaczynski était pourtant devenu le quatrième président de la IIIe République polonaise.

    Le président polonais

    Le président de la République de Pologne est élu pour un mandat de cinq ans.
    Il a un pouvoir de nomination, peut proposer des lois mais surtout dispose d’un droit de veto législatif que lui accorde la Constitution.
    Le camp libéral estime qu’en cas d’élection de Jaroslaw Kaczynski, toute réforme économique serait bloquée en raison d’un affrontement permanent avec le gouvernement libéral de Donald Tusk (PO).
    La Pologne a déjà connu une telle situation. Selon le site de la présidence polonaise, l’ancien président conservateur Lech Kaczynski a fait 18 fois usage de son droit de veto au cours de son mandat.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.