GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Prévention et financement au cœur du 18e sommet mondial sur le sida

    media Vue d'ensemble du City Hall de Vienne, lors de la cérémonie d'ouverture du 18e sommet mondial sur le sida, dimanche 18 juillet 2010. Reuters/Lisi Niesner

    La 18e conférence mondiale sur le sida s’est ouverte officiellement ce dimanche soir 18 juillet à Vienne et rassemblera jusqu'à vendredi 23 juillet 20 000 à 25 000 experts, chercheurs, militants et séropositifs pour discuter de nouvelles pistes dans la lutte contre la maladie. Les inquiétudes sur le financement de la lutte contre la maladie ont parasité l’annonce de la parution de deux études innovantes sur le traitement des séropositifs. Les financements sont à la traîne et il est désormais acquis que certains pays riches vont baisser cette année le montant de leurs contributions.

    Avec notre correspondant à Vienne, Blaise Gauquelin

    Je suis inquiet sur la capacité du Fonds mondial, à l'avenir, à accroître l'accès à la prévention

    Michel Kazatchkine, directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme 18/07/2010 Écouter

    Le Français Michel Kazatchkine s’est déclaré extrêmement inquiet. C’est le directeur du Fonds mondial contre le sida et c’est lui qui finance une bonne partie de la lutte contre la maladie. Pour la première fois il a confirmé, ici, à Vienne, à un petit groupe de journalistes que certains pays riches avaient décidé de revenir sur leurs promesses de dons.

    Ainsi l’Autriche, pays hôte de ce sommet, a annoncé qu’elle ne donnerait pas d’argent cette année. L’Espagne a confirmé qu’elle en donnerait moins et l’Allemagne devrait faire de même. Ce sont de mauvaises nouvelles et désormais il n’est pas certains que l’on arrive dans ces conditions à atteindre les objectifs du millénaire.

    On est face à des politiques répressives qui empêchent les programmes de prévention

    Emmanuel Trenado, directeur des programmes internationaux de l’association de lutte contre le VIH/sida et les hépatites virales (AIDES). 18/07/2010 Écouter

    En 2015, par exemple, l’ensemble des séropositifs dans le monde devaient recevoir un traitement. S’il y a de nouveaux désengagements, la date butoir pourrait de nouveau être repoussée alors qu’à l’origine, l’objectif devait être atteint en 2010, cette année.

    Prévention et répression

    L’un des enjeux de cette conférence par ailleurs, c’est de faire pression sur l’Europe de l’Est et l’Asie centrale, pour que les régimes de cette région mettent fin à leur politique du tout répressif, à l’encontre des toxicomanes.

    C’est cette politique qui fait que la région est désormais la seule à subir une progression du sida, qui se transmet là-bas principalement par l’échange de seringues. Or aucun haut dignitaire des pays de la région n’a fait le déplacement jusqu’à Vienne. Michel Kazatchkine déplorait aujourd’hui que cette région se referme sur elle-même et il semble que la proximité géographique n’a pas incité les pays d’Europe de l’Est et d’Asie centrale à participer activement à la conférence. Aujourd’hui, un responsable de l’Onusida parlait même d’un boycott de la conférence par cette région du monde, dont les responsables se sentent pointés du doigt.

    Recul en Afrique et progression dans l’Europe de l’Est et en Asie centrale

    L' Europe de l'Est et l'Asie centrale sont les seules régions du monde où le nombre de nouveaux porteurs du VIH augmente encore. Il a été multiplié par 20 en moins d'une décennie.

    Cette évolution concerne surtout les toxicomanes. Considérés comme des délinquants, ils ne bénéficient d'aucune politique de prévention et adoptent donc des comportements à risque, tel l'échange de seringues. Une situation d'autant plus alarmante que la population de ces pays continue de négliger le préservatif et ce malgré les nombreuses campagnes de sensibilisation.

    Au contraire, celles-ci semblent enfin porter leurs fruits en Afrique. Certes la zone reste la plus touchée par la pandémie, mais l'utilisation du préservatif entre progressivement dans les mœurs, notamment chez les jeunes. Le résultat est là. L'épidémie recule chez les 15-24 ans d'Afrique subsaharienne.

    Autre signe positif, le succès des campagnes de circoncision en Afrique australe. Encouragée et financée par les gouvernements, l'opération diminue les risques de contracter le virus.

    Dans le reste du monde, les chiffres sont plutôt stables. Dans les pays développés, la généralisation de l'accès aux trithérapies a cependant un effet pervers. L'idée qu'on peut vivre avec la maladie entraîne un relâchement favorisant un retour des comportements à risque.

    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.