David Cameron veut une «big society» solidaire et basée sur le bénévolat - Europe - RFI

 

  1. 06:15 TU Sessions d'information
  2. 06:30 TU Journal
  3. 06:43 TU Sessions d'information
  4. 07:00 TU Journal
  5. 07:10 TU Religions du monde
  6. 07:30 TU Journal
  7. 07:33 TU Religions du monde
  8. 08:00 TU Journal
  9. 08:10 TU La marche du monde
  10. 08:30 TU Journal
  11. 08:33 TU La marche du monde
  12. 09:00 TU Journal
  13. 09:10 TU C'EST PAS DU VENT D 1
  14. 09:30 TU Journal
  15. 09:33 TU C'EST PAS DU VENT D 2
  16. 10:00 TU Journal
  17. 10:10 TU Internationales
  18. 10:30 TU Journal
  19. 10:32 TU Internationales
  20. 11:00 TU Journal
  21. 11:10 TU Sessions d'information
  22. 11:30 TU Journal
  23. 11:33 TU Sessions d'information
  24. 11:40 TU Littérature sans frontières
  25. 12:00 TU Journal
  1. 06:15 TU Sessions d'information
  2. 06:30 TU Journal
  3. 06:43 TU Sessions d'information
  4. 07:00 TU Journal
  5. 07:10 TU Sessions d'information
  6. 07:30 TU Sessions d'information
  7. 07:43 TU Sessions d'information
  8. 08:00 TU Journal
  9. 08:10 TU Le débat africain
  10. 08:30 TU Journal
  11. 08:40 TU Le débat africain
  12. 09:00 TU Journal
  13. 09:10 TU Religions du monde
  14. 09:30 TU Journal
  15. 09:33 TU Religions du monde
  16. 10:00 TU Journal
  17. 10:10 TU Internationales
  18. 10:30 TU Journal
  19. 10:32 TU Internationales
  20. 11:00 TU Journal
  21. 11:10 TU C'EST PAS DU VENT D 1
  22. 11:30 TU Journal
  23. 11:33 TU C'EST PAS DU VENT D 2
  24. 12:00 TU Journal
  25. 12:10 TU Mémoire d'un continent
fermer

Europe

David Cameron Royaume-Uni

David Cameron veut une «big society» solidaire et basée sur le bénévolat

media

David Cameron revient à la charge sur son idée de «grande société» lors d’un discours ce lundi 19 juillet, à Liverpool. Le Premier ministre veut encourager les citoyens à prendre en charge le fonctionnement des écoles des hôpitaux ou de la sécurité dans leurs quartiers. Mais ses détracteurs soupçonnent en fait le Premier ministre conservateur d’avoir des arrière-pensées d’ordre plus financier que philosophique.

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

La «big society» est un concept que David Cameron a défendu avec passion voire acharnement durant toute la campagne électorale. Désormais Premier ministre il veut réaffirmer qu’il entend toujours redistribuer le pouvoir aux citoyens, redonner plus d’autonomie aux autorités locales et stimuler la culture du volontarisme qui pour lui devraient se substituer à un Etat trop puissant.

A Liverpool, il vient donc d’annoncer qu’il allait permettre aux associations de bénévolat de travailler de concert avec les administrations locales et notamment d’utiliser des comptes en banques dormants pour financer différents projets locaux.

Si cette grande initiative est pour l’instant accueillie favorablement par les premiers concernés -les organismes bénévoles- les soupçons restent nombreux. Ces associations font en effet remarquer que ce discours est en contradiction avec les coupes budgétaires drastiques prévues qui vont signifier des réductions de subventions de 60%.

Ce qui fait dire aux détracteurs du projet que la relance de la «grande société» permet en fait à David Cameron de détourner l’attention du public à un moment où le gouvernement ne parle que de restrictions, mais aussi que laisser les citoyens faire plus de choses bénévolement est un bon moyen pour l’Etat d’économiser de l’argent.
 

Chronologie et chiffres clés
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.