GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 9 Octobre
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    La ministre française de la Santé refuse de dévoiler l'aide de la France en matière de lutte contre le sida

    media Cette année, la ministre française de la Santé, Roselyne Bachelot-Narquin, était très attendue. AFP Photo/Samuel Kubani

    Première visite de la ministre française de la Santé à la conférence mondiale sur le sida. En 2008, Roselyne Bachelot-Narquin avait été critiquée pour ne pas avoir fait le déplacement jusqu’à Mexico. Cette année la ministre est allée jusqu’à Vienne et elle était très attendue car elle devait annoncer le montant de la contribution française pour 2010 au Fonds Mondial et à l’Onusida. Mais l'annonce tant attendue n'a pas eu lieu.

    Avec notre correspondant à Vienne, Blaise Gauquelin

    Le Français Michel Kazatchkine attendait la ministre de pied ferme. Il est le directeur du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et le gouvernement français est le premier contributeur européen de cet organisme.

    Or Michel Kazatchkine repartira déçu, car Roselyne Bachelot s’est refusé à chiffrer l’aide financière apportée par la France non seulement au Fonds mondial, mais aussi à l’Onusida. Il faudra attendre jusqu’au mois de septembre 2010, car Nicolas Sarokzy, le président français, veut annoncer les chiffres lui-même, lors de la 65e Assemblée générale des Nations unies, à New York.

    Par ailleurs la ministre n’a présenté qu'une esquisse du 5e plan français de lutte contre le VIH, dont la présentation très attendue est elle aussi renvoyée à l’automne. Première annonce… Dès 2011, au moins 10 centres de dépistages réalisés par des non professionnels de santé auprès des populations homosexuelles, toujours particulièrement touchées par le virus, pourront ouvrir, avec des financements pérennes. « Les premiers résultats de l’essai Com’Test, qui sont présentés à ce congrès sont particulièrement prometteurs et montrent la pertinence d’un tel dispositif ».

    Par ailleurs, alors que l’on assiste en France à une reprise récente des contaminations par le VIH des usagers de drogue, la ministre refuse toujours à l’heure actuelle la mise en place expérimentale de centres de consommation de drogue supervisés, dont la création est pourtant jugée urgente par les associations dans le cadre d’une politique de réduction des risques.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.