GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    En Turquie, Erdogan est prêt à changer la loi pour limiter le pouvoir de l'armée

    media Le Premier ministre turc, R. Tayyip Erdogan Reuters / Umit Bektas

    La campagne pour le référendum constitutionnel qui se tiendra le 12 septembre débute ce week-end avec des meetings des responsables du parti au pouvoir et de l’opposition. Ainsi, pour sa première réunion de défense du « oui », le Premier ministre Tayyip Erdogan s’exprimait dans l’est du pays où il a proposé de réviser un règlement donnant aux militaires un droit de regard sur la politique du pays.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    L’armée turque est décidément plus dans ses petits souliers plutôt qu’en brodequins ou en pataugas, ces derniers temps.

    D’abord une pluie de procès et de poursuites où de très hauts gradés devront répondre de l’accusation de tentative de coup d’Etat. Ensuite la prochaine abrogation de l’article 15 de la Constitution qui promet l’impunité aux généraux putschistes justement, mais qui ne devrait pas mener cette fois à des poursuites contre les auteurs du coup d’Etat de 1980.

    Et voilà, aujourd’hui, que la campagne référendaire pour une nouvelle Constitution, qui devrait être approuvée sans difficulté le 12 septembre, date anniversaire de ce coup d’Etat, se concentre sur l’article 35 de la loi du service interne de l’armée.

    Cette disposition, qui définit la mission de l’institution militaire chargée de protéger «la patrie et la République turques», permet de justifier bien des interventions de l’état-major dans la vie politique locale, jusqu’au coup d’Etat, comme ceux justement qui auraient été en préparation ces dernières années pour renverser le parti au pouvoir. 

    Le Premier ministre a pris au mot le chef de l’opposition qui mentionnait ce texte et propose maintenant la mise sur pied d’une commission ad hoc, afin d’amender au plus vite l’article 35, quitte pour cela à convoquer le Parlement, actuellement en vacances. Avec ce référendum, le trentième anniversaire de la prise de pouvoir par les militaires a décidément un goût bien amer.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.