GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le franc-parler de David Cameron suscite des interrogations

    media Le Premier ministre britannique, David Cameron, lors d’un discours donné sur le campus d'Infosys, à Bangalore (Sud de l’Inde), le 28 juillet 2010. REUTERS/Stringer

    Audace ou inexpérience ? Les premiers déplacements à l'étranger du nouveau Premier ministre britannique David Cameron augurent d'un discours diplomatique décapant de la part de Londres. En Turquie, Cameron a suscité l'indignation d'Israël en déclarant que Gaza était un « camp de prisonniers ». En visite à Bangalore, dans le sud de Inde, le Premier ministre britannique a causé la fureur d’Islamabad en disant devant un parterre d'Indiens que le Pakistan « favorisait l'exportation du terrorisme ».

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    Franchise ou maladresse ? La série de remarques décapantes lancées par David Cameron en Turquie et en Inde cette semaine laisse les commentateurs britanniques à la fois pantois et dubitatifs. Ils sont, en effet, partagés entre applaudir l’audace du Premier ministre et de son style diplomatique à la serpe ou critiquer ce manque de retenue qui pourrait bien trahir le manque cruel d’expérience de Cameron sur la scène internationale.

    L’une des journalistes politiques de la BBC qui suit le chef du gouvernement pendant ce voyage se demande ainsi sur le site internet de la chaîne, si David Cameron n’a pas simplement du mal à se défaire d’une habitude qu’ont souvent les leaders de l’opposition qui est d’essayer d’attirer l’attention par des paroles qui font mouche.

    De son côté l’intéressé persiste et signe : « Je trouve qu'il est important de parler franchement de ces sujets avec les pays qui sont vos amis, et je continuerai à le faire », s’est défendu le Premier ministre devant la presse.

    David Cameron doit recevoir le président pakistanais Asif Ali Zardari à sa résidence de Chequers la semaine prochaine, et cette rencontre désormais en terrain miné sera un bon moyen de tester ce que son secrétaire au Foreign Office, William Hague, a appelé ses qualités de « grand diplomate ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.