Belgique : de plus en plus de femmes à la tête des réseaux de prostitution - Europe - RFI

 

  1. 18:10 TU Grand reportage
  2. 18:30 TU Sessions d'information
  3. 19:00 TU Journal
  4. 19:10 TU La bande passante
  5. 19:30 TU Journal
  6. 19:40 TU La bande passante
  7. 20:00 TU Journal
  8. 20:10 TU Couleurs tropicales
  9. 20:30 TU Journal
  10. 20:33 TU Couleurs tropicales
  11. 21:00 TU Journal
  12. 21:10 TU Accents d'Europe
  13. 21:30 TU Journal
  14. 21:33 TU Danse des mots
  15. 22:00 TU Sessions d'information
  16. 22:30 TU Sessions d'information
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU Autour de la question
  19. 23:30 TU Journal
  20. 23:33 TU Autour de la question
  21. 18:10 TU Grand reportage
  22. 18:30 TU Sessions d'information
  23. 19:00 TU Journal
  24. 19:10 TU La bande passante
  25. 19:30 TU Journal
  1. 18:10 TU Grand reportage
  2. 18:30 TU Sessions d'information
  3. 19:00 TU Journal
  4. 19:10 TU Décryptage
  5. 19:30 TU Journal
  6. 19:40 TU Débat du jour
  7. 20:00 TU Journal
  8. 20:10 TU Couleurs tropicales
  9. 20:30 TU Journal
  10. 20:33 TU Couleurs tropicales
  11. 21:00 TU Journal
  12. 21:10 TU Radio foot internationale
  13. 21:30 TU Journal
  14. 21:33 TU Radio foot internationale
  15. 22:00 TU Sessions d'information
  16. 22:30 TU Sessions d'information
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  19. 23:30 TU Journal

Dernières infos

fermer

Europe

Belgique Questions sociales

Belgique : de plus en plus de femmes à la tête des réseaux de prostitution

media

Le nombre de femmes impliquées dans l’organisation de la prostitution en Belgique a considérablement augmenté au cours de ces dernières années selon la police fédérale belge qui parle d’évolution européenne. Autre constat, les femmes proxénètes souvent d’anciennes prostituées sont moins violentes et manipulent davantage la pression psychologique.

Avec notre bureau de Bruxelles,

Il y a cinq ans, les proxénètes femmes ne représentaient qu’un quart des professionnels su secteur en Belgique. Depuis peu, leur nombre a explosé selon la police fédérale belge.

Plus persuasives, faisant étalage de leur tapageuse prospérité pour convaincre les plus réticentes, elles sont aussi moins facilement repérables sur le terrain que leurs collègues masculins.

Elles se retrouvent souvent à la tête de réseaux de prostitution : les filières nigériane, chinoise et thaïlandaise sont organisées ici à plus de 90% par des femmes. Dans ces réseaux là, les seuls hommes sont les clients.

Autre constat, les violences physiques contre les prostituées sont en baisse significatives. Les femmes proxénètes manipulent volontiers les pressions psychologiques, disent encore les policiers belges.

Autre évolution notable après quelques saisons au service de femmes proxénètes, les prostituées gérées par celles-ci sont régulièrement autorisées à s’installer à leur propre compte. Leur passé souvent récent de victime s’en trouve gommé, ce qui réduit considérablement le nombre de plaintes.

Le dernier réduit des méthodes à l’ancienne, dominé par des hommes, ce sont ici les milieux albanais et roumain.
 

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.