GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Des milliers d'Arméniens réunis pour une messe dans le sud-est de la Turquie

    media L'église arménienne Sainte-Croix, sur l'île d'Akdamar et le lac Van, le 19 septembre 2010. Reuters / Umit Bektas

    Dans l’est de la Turquie, une messe a été célébrée dimanche 19 septembre 2010 dans une église arménienne pour la première fois depuis 95 ans, en présence de 4 000 à 5 000 Arméniens venus de Turquie mais aussi d’Arménie voisine, d’Europe et des Etats-Unis. Ankara a souhaité faire de cette messe, organisée à la demande de la petite communauté arménienne de Turquie, une occasion d'apaiser les tensions et de faire oublier un passé douloureux depuis la déportation et les massacres entre 1915 et 1917 de la population arménienne de la Turquie ottomane.

     

    Avec notre envoyé spécial à Akdamar sur le lac de Van, Jérôme Bastion

    L’église Sainte-Croix, sur la petite île d’Akdamar au milieu du lac de Van, est un symbole de l’ancienne présence arménienne dans cette région, et même pour l’histoire du grand royaume d’Arménie. Ses cloches n’avaient plus sonné depuis la terrible année de 1915, et cette belle église datant du Xe siècle était à l’abandon et même saccagée ; c’est dire l’importance symbolique et la charge émotive que portait cette cérémonie, sous un soleil radieux.

    Nareg Arslan, Arménienne d’Istanbul, a profité de l’occasion pour visiter pour la première fois la région : « On a fait une restauration, et après quatre-vingt dix ans, on fait encore une messe ici, c’est important pour les Arméniens ».

    Les autorités locales ont monté une organisation sans faille et voulu délivré un message d’ouverture comme le souligne, le gouverneur adjoint Atay Uslu : « C’est un message de tolérance pour le monde. Une tolérance qui s’est exprimée pleinement aujourd’hui. Bien sûr qu’il y a eu des problèmes dans le passé, mais avec Mevlana, nous disons, hier, c’est révolu. Aujourd’hui il faut parler d’autre chose  ». Seule ombre au tableau : l’absence de représentant de la République arménienne, et même d’ecclésiastique venu d’Erevan. Mais ce rendez-vous devenant annuel, ils seront sans doute là l’an prochain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.