GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 19 Juin
Jeudi 20 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • États-Unis: énorme saisie de 16,5 tonnes de cocaïne sur un bateau à Philadelphie (procureur)
    • Trump annonce un changement à la tête du Pentagone: Mark Esper remplace Patrick Shanahan
    • Royaume-Uni: cinq candidats pour succéder à Theresa May, Boris Johnson confirme son avance au 2e tour
    • Enfant tué à Lorient: le chauffard mis en examen pour homicide involontaire aggravé (parquet)
    • Japon: avis de tsunami intégralement levé sur la côte nord-ouest
    • Entrée de la Macédoine du Nord et de l’Albanie dans l’UE : la décision reportée à octobre
    • Le hacker franco-israélien Ulcan renvoyé aux assises pour un canular mortel
    • Siemens annonce la suppression de 2.700 emplois dans le monde
    • Égypte: Erdogan participe à une prière funéraire pour Morsi à Istanbul
    • France: l'Assemblée nationale adopte le projet de loi sur les mobilités en première lecture
    • BCE: Draghi rejette les accusations de Trump de manipulation des taux de change
    • Tunisie: vote d'amendements controversés écartant des candidats à la présidentielle
    Europe

    Le jeu russo-polonais autour de Katyn

    media Les autorités russes remettent, le 23 septembre 2010, aux Polonais une partie des archives sur le massacre de Katyn. AFP

    De nouveaux documents sur le massacre de milliers d’officiers polonais à Katyn par la police politique russe durant la Seconde Guerre mondiale ont été transmis à la Pologne par le parquet général russe. Les Polonais réclament aux Russes la documentation sur le crime depuis longtemps, mais les réactions à Varsovie au dernier geste de Moscou semblent plutôt mitigées.

    En 1940, des milliers d'officiers, de scientifiques, d'avocats, de propriétaires terriens, de médecins, de prêtres et d'autres membres des élites polonaises étaient amenés par trains, par bus ou par camions sur les différents lieux d’exécution : Katyn, Kharkiv, Miednoïé, et certainement plusieurs autres, encore inconnus 70 ans plus tard. Les bourreaux de la police politique soviétique de l'époque – le NKVD – les tuaient méthodiquement, l'un après l'autre, d'une balle dans la nuque.

    Et 70 ans plus tard, les Polonais ont toujours beaucoup de mal à obtenir des réponses aux questions qu’ils posent depuis si longtemps. Les Russes, eux, ressentent ces questions comme une sorte d’agression. Or le problème est sérieux, car il s'agit à la fois du plus grand crime commis par les Russes sur les Polonais au XXe siècle – et du plus grand mensonge entretenu à son sujet pendant plus d'un demi-siècle par les appareils d'Etat de l'Union soviétique et de la Pologne communiste. En effet, la propagande officielle attribuait ce crime aux nazis allemands.

    Mur de mensonges

    Ce qui pose problème aujourd’hui, c’est que la Russie – tout en ayant reconnu la responsabilité du régime stalinien dans cette affaire – refusait jusque récemment de déclassifier une grande partie des archives qui la concernent, de réhabiliter officiellement les victimes et de leur accorder le statut de prisonniers politiques. Les familles des victimes ont épuisé tous les recours juridiques possibles en Russie pour réclamer leurs droits, mais elles se heurtent toujours à un mur d’indifférence, de manipulations, voire de mensonges.

    Depuis 2004, c’était l’impasse totale. La Russie avait décidé non seulement de classer sans suite l’enquête sur le crime de Katyn, mais aussi de maintenir au secret 116 sur 183 tomes des documents qui le concernaient. Les 67 tomes restants n’ont pas été transmis à la Pologne. Pendant longtemps, les Polonais qui voulaient les consulter, devaient obligatoirement se déplacer à Moscou et demander l’autorisation d’accès aux archives. Et ils retournaient souvent déçus. En effet, les 67 tomes en question ne contiennent pas de documents dont les familles des victimes ont le plus besoin : les listes complètes de prisonniers, les coordonnées de tous les lieux où ils étaient détenus, et surtout – de tous les lieux où ils ont été exécutés et enterrés.

    Des gestes qui rassurent

    C’est une autre tragédie nationale subie par les Polonais, survenue tout près de Katyn, qui a enfin débloqué la situation, du moins en partie. Après la catastrophe de l’avion présidentiel polonais à Smolensk – avion qui emmenait plusieurs dizaines de hautes personnalités aux cérémonies du 70e anniversaire du massacre de Katyn – Dmitri Medvedev et Vladimir Poutine ont décidé de faire plusieurs gestes à caractère apaisant et réconciliateur. Des deux côtés, on a commencé à parler d’une substantielle amélioration de relations bilatérales et l’ambiance politique frôlait presque l’euphorie.

    A peine un mois après le crash à Smolensk, le président Medvedev a profité d’une visite de son homologue polonais Bronislaw Komorowski à Moscou pour lui transmettre les copies des 67 tomes de documents déclassifiés. Sur le fond, ce n’était pas un geste très important, car il n’apportait aucune information sur le crime qui ne serait déjà connue. Mais sur le plan symbolique, le geste était quand même assez fort.

    La symbolique prime sur le concret

    Hélas, pendant les mois qui ont suivi, les Russes se sont comportés comme s’ils considéraient que les symboles devaient suffire à leurs partenaires polonais. Aucune avancée concrète n’a pu être constatée dans la transmission des données sur le crime de Katyn aux Polonais. Pire, Varsovie se plaignait de plus en plus ouvertement des lenteurs de l’enquête menée par les Russes sur la catastrophe de Smolensk, de l’absence d’une enquête véritablement commune et des difficultés que les spécialistes polonais avaient à accéder aux données collectées par l’équipe russe.

    Pendant longtemps, le gouvernement polonais considérait visiblement que la raison d’Etat et la perspective d’une sérieuse amélioration des relations avec la Russie exigeaient qu’il ménage les Russes. Mais finalement, face aux pressions de plus en plus fortes des médias et de l’opposition, il a haussé le ton, critiquant en particulier le manque de protection des débris de l’avion présidentiel qui gisent toujours, depuis plus de cinq mois, à ciel ouvert, sur le site de l’aéroport de Smolensk.

    Soupçons de mauvaise foi

    C’est dans ce contexte que les Russes ont subitement accéléré la levée du secret sur les documents concernant le massacre de Katyn, tenus jusqu’à présent sous scellés dans leurs archives. 20 des 116 tomes de ces documents viennent d’être déclassifiés et transmis à l’ambassade de Pologne à Moscou. Les Russes affichent leur volonté de déclassifier les 96 tomes restants aussi rapidement que possible. Ils ont même ouvert une enquête pour découvrir qui avait décidé, en 2004, de classifier tous ces tomes. Mais l’audace dans le domaine a ses limites. Un tribunal de Moscou vient de déclarer, le mardi 21 septembre, que l’auteur de la décision a bien été établi, mais que son nom devenait secret à son tour. Toutes les personnes présentes à l’audience ont été obligées de signer un document stipulant qu’elles n’avaient pas le droit de dévoiler ce nom mystérieux. Certains parient qu’il commence par un « P », d’autres penchent plutôt pour un « M »…

    On entend en Pologne beaucoup de commentaires selon lesquels l’ouverture russe en ce qui concerne les documents du massacre de Katyn vise surtout à détourner l’attention des Polonais des lenteurs et imperfections – peut-être coupables ? – de l’enquête sur la catastrophe de Smolensk. L’histoire commune fait qu’entre les Polonais et les Russes les soupçons de mauvaise foi surgissent vite à la moindre occasion, parfois sans doute trop vite. Il n’empêche que les Russes ne semblent pas faire actuellement beaucoup d’efforts pour les dissiper. Ils sont certainement intéressés à apaiser leurs relations avec la Pologne, en affaiblissant et en divisant ainsi un « front antirusse » au sein de l’Union européenne. Mais, à l’occasion, ils n’ont guère envie de perdre la face en dévoilant trop brutalement et trop en détail la face très sombre, criminelle, de leur ancien régime. Ou de reconnaître une part de responsabilité dans le crash d’un avion présidentiel d’un autre Etat sur leur sol.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.