GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Février
Samedi 16 Février
Dimanche 17 Février
Lundi 18 Février
Aujourd'hui
Mercredi 20 Février
Jeudi 21 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Automobile: le constructeur Honda annonce la fermeture de son usine britannique de Swindon en 2021
    • Télécommunications: «Le monde ne peut pas se passer» de Huawei, selon son fondateur Ren Zhengfei dans un entretien à la BBC
    • Antisémitisme: «geste symbolique» de Larcher et Ferrand au mémorial de la shoah ce mardi (communiqué)
    • Le cyclone Oma s'éloigne de la Nouvelle-Calédonie, des dégâts mineurs à déplorer
    • Finances: Bruno Le Maire se déclare «totalement opposé» à la suppression des niches fiscales (RTL)
    Europe

    Naples à nouveau envahie par les ordures

    media

    En 2008, peu après son retour aux affaires, Silvio Berlusconi avait promis que le problème chronique des ordures à Naples et dans la région serait totalement résolu en 2011. Non seulement la question n’est pas résolue, mais en plus aucune mesure structurelle n’a été prise pour mieux gérer le cycle de traitement et d'élimination des déchets. Celui-ci reste une des mines d’or de la Camorra, la criminalité organisée locale. Depuis plusieurs jours, le centre de Naples ressemble à nouveau à une décharge. Des centaines de tonnes d’ordures, accompagnées d’odeurs âcres insupportables, jonchent les rues de la ville. 

    La Campanie produit 7 000 tonnes d’ordures par jour et la gestion de leur traitement demeure, en grande partie, sous le contrôle de la Camorra, tout le cycle - de la collecte à l’élimination des déchets - étant entre les mains de privés.

    Ainsi, à Naples, la société Asia (SpA), qui compte 3 000 employés, confie le ramassage des ordures à la société Enerambiente (SpA) qui emploie 470 salariés et qui, à son tour, utilise les services d’une centaine d’intérimaires et ceux d’une coopérative, la Davideco, laquelle emploie 120 personnes. Résultat : les coûts et clientélisme augmentent tandis que les infiltrations mafieuses sont facilitées.

    Autres grands problèmes : le tri sélectif n’est effectué que pour 20% des ordures, faute de contrôles adéquats, et le plus gros incinérateur de la région, situé à Acerra, au nord de Naples, ne fonctionne qu’à 30% de sa capacité en raison de défauts de construction. Chaque jour, plus de 5 000 tonnes de déchets sont jetés dans des décharges, à nouveau saturées. D’où le projet, très contesté par la population locale et les écologistes, d’en ouvrir une nouvelle, au cœur du parc du Vésuve.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.