GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    En Hongrie, la droite au pouvoir remporte les élections municipales

    media Le Premier ministre hongrois Viktor Orban (C), le vice-premier ministre Zsolt Semlyen (D) et le maire élu Istvan Tarlos (G) lors d'une conférence de presse, le 03 octobre 2010 FP PHOTO / ATTILA KISBENEDEK

    Quelque mois après sa victoire raz-de-marée aux législatives de Hongrie, le Parti de droite nationaliste du Premier ministre Viktor Orban a remporté haut la main dimanche 3 octobre 2010 les municipales, avec 65 % des voix. Il ravit à la gauche Budapest, un de ses bastions depuis 20 ans. Une gauche qui persiste ainsi dans sa débâcle entamée lors des législatives du 25 avril dernier.

    Avec notre correspondante à Budapest, Florence La Bruyère

    La capitale hongroise est tombée comme un fruit mûr. Cela faisait 20 ans que les socialistes et les libéraux géraient la ville. Mais, usés par le pouvoir et par des scandales de corruption, ils ont été remerciés par les électeurs. A Budapest, seuls trois arrondissements restent à gauche. Et en province, le Parti socialiste hongrois évite la bérézina de justesse, en gardant deux grandes villes. Quant au parti d’extrême droite Jobbik, il stabilise sa position dans tout le pays.

    Cette victoire éclatante de la droite hongroise s’explique d’abord par un faible taux de participation, 46 %. Beaucoup d’électeurs de gauche ne se sont pas dérangés. Ensuite, depuis son arrivée au pouvoir, la droite majoritaire au Parlement a voté des mesures très impopulaires, comme la taxe bancaire. Elle a aussi retoqué la loi électorale, rendant plus difficile la participation des petits partis aux municipales.

    Enfin, dans toutes les villes où les socialistes pouvaient rivaliser avec la droite, le procureur de la République a opportunément ouvert des enquêtes sur les politiciens de gauche. Une gauche qui, de toute façon, est fragmentée et en plein désarroi. Elle ne s’est pas remise de sa déroute aux législatives.
     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.