GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Hongrie : état d'urgence après une inondation de boue toxique

    media Une boue rouge toxique s'est déversée dans des villages situés à l'ouest de Budapest, ce 5 octobre 2010, après la rupture d'une digue sur le site d'une usine d'aluminium. Reuters/Bernadett Szabo

    Le gouvernement hongrois a déclaré mardi 5 octobre 2010 l'état d'urgence dans trois départements de l'ouest du pays, menacés par une inondation de boue toxique qui a déjà fait quatre morts, et prend l'ampleur d'une « catastrophe écologique » menaçant la faune et la flore autour du Danube. Lundi, un réservoir d'une usine d'aluminium d'Ajka (165 kilomètres à l'ouest de Budapest) s'est rompu pour une raison encore inconnue, déversant quelque 1,1 million de mètres cubes de boue sur les villages environnants.

    L’image est impressionnante : plusieurs villages sont comme inondés par du sang. En effet, la boue qui couvre les rues et les champs est d’une couleur rouge vive. Mais ce n’est pas tellement la couleur qui pose problème, le grand drame c’est que la boue est toxique et fortement corrosive.

    C’est la rupture d’une digue entourant un bassin de rétention d’eaux usagées sur le site d’une usine d’aluminium qui a provoqué l’accident, qualifié par les autorités hongroises de « catastrophe chimique et écologique la plus grave que le pays ait jamais connu ».

    Endiguer le flot toxique

    La cause exacte n’est pas encore établie, mais les conséquences sont graves. Hormis plusieurs morts et des dizaines de blessés, la région est privée d’eau potable et partiellement de gaz et d’électricité. Et surtout, personne ne peut prévoir dans quel état sera le sol et les bâtiments une fois la boue enlevée.

    Pour essayer d’endiguer le flot toxique, les autorités ont déversé des tonnes de plâtre dans un fleuve avoisinant. Elles constatent par ailleurs que la toxicité de la boue s’atténue à chaque kilomètre, une consolation qui semble plutôt mince.

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.