GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    En Hongrie, la boue toxique a atteint le Danube

    media Les boues toxiques ont atteint, le jeudi 7 octobre 2010, le Mosoni-Danube, un bras secondaire du Danube. (Reuters/Bernadett Szabo)

    C'était la crainte des autorités hongroises et des associations de défense de l'environnement. Le flux toxique provoqué par des boues rouges et dû à un accident industriel en Hongrie a atteint jeudi matin, 7 octobre 2010, le Danube. La pollution menace donc l'écosystème du fleuve qui traverse également la Serbie, la Croatie, la Roumanie et la Moldavie. La rupture d'une cuve de boue toxique et corrosive a tué quatre personnes et en a blessé 120 autres. Trois autres sont toujours portées disparues. A Kolontar, l’un des villages sinistrés déserté par la population, l’inquiétude est palpable.

    Avec notre envoyée spéciale à Kolontar, Heike Schmidt 

    La bourgade est bouclée. Des policiers sont postés à l’entrée du village mitraillette au bras, masque de protection à portée de main et chaussés de bottes en caoutchouc. Kolontar, un village d’environ 800 habitants est devenu ville fantôme, depuis que la coulée de boue toxique l’a envahi.

    Le 6 octobre 2010, les villageois ont pu revenir pour quelques heures, le temps de sauver ce qui n’a pas été emporté par la vague de boue rouge, sans avoir toutefois le droit de dormir dans leurs maisons. Du coup, la commune a aménagé une salle municipale servant à leur accueil. Mais tous ont trouvé refuge chez les proches ou chez des amis.

    Je me trouvais dans la porcherie quand cette eau boueuse est arrivée. Je suis montée sur une caisse pour me protéger mais l’eau a continué à monter...

    Une habitante de Kolontar témoigne 07/10/2010 Écouter

    Jour et nuit, les pompiers et la protection civile travaillent pour dégager cette boue malodorante qui couvre encore les rues et dont les traces sont visibles partout sur les façades, comme si tout était peint couleur rouille.

    Depuis Budapest, des voitures balais sont arrivées en nombre, pour s’attaquer au nettoyage au jet d’eau du goudron des rues. On s’interroge sur l’efficacité de ce nettoyage. Car tout le monde s’accorde à dire qu’il s’agit de résidus industriels très toxiques, provoquant des brûlures de la peau et irritant les yeux.

    Une boue qui fait peur à tout le monde

    Plusieurs dizaines de blessés qui étaient en contact avec cette boue sont encore à l’hôpital. Une boue qui fait peur à tout le monde, même aux policiers chargés de la garde de ces lieux. « J’ai choisi ce métier, dit l’un deux. Je dois faire mon travail, mais, confesse-t-il on n’est vraiment pas tranquille ».

    L’inquiétude est telle que la majorité de la population de Kolontar ne veut pas rentrer au village. Car personne ne connaît la composition de ce produit nocif. Au cours de la nuit dernière, la protection civile prélevait des échantillons de boue pour les examiner. Du plomb et des éléments corrosifs sont déjà détectés. Et les autorités ont confirmé une légère radioactivité.

    La grande inquiétude de ce jour concerne l’eau des rivières où des centaines de poissons morts flottent dans la Marsala, non loin de la rivière Raab, un affluent du Danube. Le Danube est lui-même atteint par ces boues rouges ce jeudi 7 octobre. Mais les autorités hongroises affirment que le Danube ne sera pas contaminé. Ils estiment que les particules vont être dissoutes notamment grâce à du plâtre déversé en grande quantité dans le fleuve.

    Une catastrophe écologique qui menace la faune et la flore

    Le flux toxique dont on connaît mal la composition a atteint ce jeudi 7 octobre le Danube et immédiatement, les responsables des services des eaux ont mesuré un taux alcalin supérieur à la normale. Cette observation du PH de l’eau, son équilibre chimique en quelque sorte, est cruciale, comme l’explique Eric Thybaud, écotoxicologue à l’Ineris, l’Institut national de l’environnement industriel et des Risques : « C’est vrai que c’est le premier phénomène que l’on va mesurer, puisque ce PH basique se traduit par des phénomènes de toxicité cutanée, de brûlures, d’irritations sur les personnes exposées. Et bien entendu, au-delà des humains exposés, il y a un impact sur la faune et la flore. On imagine bien que lorsque l’on met des poissons ou des organismes aquatiques ou des végétaux aquatiques dans une solution qui ressemble par exemple à de la soude, cela entraîne des phénomènes toxiques qui sont liés à ce PH ».

    Après le taux alcalin, les scientifiques vont ensuite mesurer la concentration en particules métalliques dans les eaux du Danube. En effet, ce sont ces particules qui vont s’accumuler dans les organismes vivants, les sédiments et les milieux aquatiques.

    RFI
     

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.