GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 26 Juin
Jeudi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Hongrie : la production reprend progressivement à l'usine Mal responsable de la catastrophe écologique

    media Vue aérienne de l'usine MAL (Magyar Alumínium), responsable de la catastrope écologique. Reuters

    En Hongrie, la production a partiellement repris ce vendredi 15 octobre 2010 à l’usine d’aluminium à l’origine de la catastrophe écologique survenue le 4 octobre dernier. Le gouvernement avait ordonné l’arrêt immédiat de l’usine après la rupture d’une digue d’un bassin de rétention, d’où s’était déversée une marée de boues toxiques. Depuis, l’Etat a pris le contrôle de l’entreprise et veut sauver les emplois.
     

    Avec notre correspondante à Budapest, Florence La Bruyère

    Les cheminées se sont remises à fumer. L’usine Mal, qui produit de l’alumine, un composant qui sert à fabriquer de l’aluminium, a repris ses activités vendredi 15 octobre au soir. Il faudra cependant quatre jours pour que toutes les machines tournent à plein régime aussi la production ne reprendra complètement que mardi prochain. Plus qu’une usine, Mal est un immense complexe industriel, avec ses haut-fourneaux entourés d’un labyrinthe d’énormes tuyaux, situé au cœur d’une ville de 50.000 habitants.

    Plus de 1000 ouvriers travaillent sur le site industriel qui génère 4000 emplois dans la région. C’est pour cette raison que le gouvernement a décidé de redémarrer la production. C’est lui qui est désormais aux commandes de l’usine Mal, nationalisée le 12 octobre. L’Etat a confisqué les avoirs de l’entreprise et nommé un commissaire chargé de sa gestion, ceci afin d’éviter que les propriétaires se mettent en liquidation pour échapper à la justice.

    La production sera strictement contrôlée. Les déchets seront entreposés dans un autre bassin de rétention, qui, curieusement, n’avait pas été utilisé et qui est vide. Et le gouvernement souhaite moderniser la technologie pour mieux préserver l’environnement. Mais cela coûtera très cher. Le parti des verts hongrois est le seul à poser ouvertement la question de savoir si cela vaut vraiment la peine de reprendre la production ?
     

    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.