GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    L'Allemagne et la Suisse se mettent d'accord sur le problème de l'évasion fiscale

    media Des liasses de billets de 100 et 200 euros. AFP/ Pedro ARMESTRE

    La Suisse et l'Allemagne sont proches d'un accord pour régler la question de fraudeurs du fisc allemand détenteurs de comptes dans la Confédération helvétique, a indiqué mercredi 20 octobre 2010 un responsable de la place financière genevoise. Le système Rubik permettrait à Berlin de récupérer plusieurs milliards d’euros sans remettre en cause le secret bancaire suisse.

    Avec notre correspondant à Genève, Laurent Mossu

    L’Allemagne s’écarte de la politique fiscale européenne. Et s’apprête à conclure avec la Suisse un accord sur les capitaux cachés dans les banques helvétiques, a annoncé Nicolas Pictet, vice-président de Genève Place Financière, ce mercredi 20 octobre 2010.

    L’Europe exigeait de Berne un échange automatique d’informations sur les fraudeurs du fisc. Berlin abandonne cette ligne de conduite au profit d’un impôt libératoire lui permettant de récupérer des milliards d’euros.

    Aux termes de la convention en négociation les banques suisses prélèveraient une taxe de 20 à 30% sur les revenus du capital, son montant étant reversé à l’Allemagne. Grâce à ce système, surnommé Rubik, l’identité des déposants ne serait pas révélée, le secret bancaire s’en trouvant conforté.

    D’autres pays intéressés

    Les sommes en jeu sont considérables. Selon certains calculs le fisc allemand récupérerait jusqu’à 30 milliards d’euro.

    La perspective de toucher un tel pactole explique le revirement opéré par Berlin. D’autres pays européens ont été contactés par la Suisse. Certains se disent très intéressés, en ces temps difficiles.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.