GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Kosovo : législatives anticipées sur fond de chômage et de corruption

    media Des personnes passent devant les affiches de candidats placardées dans la capitale Pristina, le 6 septembre 2010. REUTERS/Hazir Reka

    1,6 million d’électeurs kosovars sont appelés à élire, dimanche 12 décembre 2010, les 120 députés du Parlement de Pristina. Le gouvernement du Premier ministre Hashim Thaçi est tombé après la démission surprise du président de la République, Fatmir Sedjiu, et le retrait de ses ministres de l’exécutif. Le parti de Thaçi reste bien placé, mais une nouvelle alliance avec l’autre grand parti de centre-droit ne semble pas à l’ordre du jour. Autoproclamé indépendant en février 2008, le Kosovo reste très pauvre et son économie est minée par la corruption et le chômage.

    Cette année, ce qui va être intéressant c’est de suivre le résultat des deux nouvelles formations : le Parti Fryma e Re (Air frais), qui est issu de la société civile et qui devrait rassembler beaucoup de jeunes électeurs et le mouvement Vetëvendosja (Autodétermination), dirigé par Albin Kurti…

    Odile Perrot

    Docteur en Science politique, spécialiste du Kosovo

    12/12/2010
    Un petit peu plus de 1 million et demi d’électeurs du Kosovo sont appelés à élire leurs 120 députés aujourd’hui. Une trentaine de listes sont en course pour des législatives anticipées qui font suite à l’explosion début novembre de la coalition au pouvoir. Le premier scrutin depuis la déclaration d’indépendance de février 2008. Le pays vit depuis plus de 10 ans sous perfusion de la communauté internationale, dans une situation économique difficile. Bilan et perspectives du Kosovo indépendant.
    Écouter

    Les jeunes sont les plus touchés par le chômage. Les moins de 25 ans représentent 60% de la population du nouvel Etat des Balkans et jusqu’à 70% d’entre eux sont sans emploi. Selon la Banque mondiale, 48% de la population active est au chômage et le Kosovo reste l’un des pays les plus pauvres d’Europe, avec un PIB par habitant de seulement 1 760 euros. Dans ces conditions, les jeunes Kosovars sont déçus par leurs responsables politiques. Beaucoup d’entre eux rêvent de quitter le pays et, parmi ceux qui ne l’ont pas encore fait, nombreux sont ceux qui ne devraient pas voter au scrutin législatif. En tout cas, ils jugent sans complaisance les deux formations de centre-droit qui dominent la vie politique du Kosovo depuis l’indépendance.

    La formation du Premier ministre Hashim Thaçi, contraint à la démission en novembre, garde la première place dans les sondages, avec plus de 30% d’intentions de vote. Mais le Parti démocratique du Kosovo (PDK) ne peut plus compter sur son ancien allié, la Ligue démocratique du Kosovo (LDK), dirigée par le maire de la capitale, Isa Mustafa. Celui-ci revendique l’héritage de l’ancien président Ibrahim Rugova, symbole de la résistance pacifique à la Serbie, alors que Hashim Thaçi, ancien chef de l’Armée de libération du Kosovo, a gagné sa popularité par les armes. La LDK, créditée de 28% d’intentions de vote, ne veut plus s’allier avec le PDK. La formation mise sur la réputation d’honnêteté de son leader Isa Mustafa et met en avant le fait que six ministres de Hashim Thaçi font l’objet d’une enquête de la mission européenne Eulex, pour corruption ou crime organisé.

    Un test pour la maturité démocratique du Kosovo

    Deux autres partis politiques pourraient tirer leur épingle du jeu et participer à la formation du futur gouvernement de Pristina. Le Mouvement pour l’autodétermination d’Albin Kurti est un parti de gauche qui critique la présence internationale au Kosovo et souhaite le rattachement à l’Albanie. Le Parti du nouveau souffle se place au centre de l’échiquier politique kosovar et ses jeunes dirigeants ont tous des diplômes prestigieux, obtenus aux Etats-Unis ou en Europe. Le futur Parlement de Pristina sera, en tout cas, le premier organe législatif élu, après la proclamation de l’indépendance du pays en février 2008. Il s’agit d’un test pour la maturité démocratique du Kosovo et pour la volonté de ses dirigeants de continuer le processus d’intégration européenne. Pour cela, le dialogue avec Belgrade s’annonce indispensable.

    Le vote des Serbes kosovars sera suivi avec une grande attention. Les autorités de Serbie, tout comme l’influente Eglise orthodoxe, n’affichent plus une position aussi tranchante que par le passé, mais considèrent que les conditions ne sont pas encore réunies pour une participation des Serbes du Kosovo aux législatives de dimanche. De fait, les 40 000 habitants de l’enclave de Kosovska Mitrovica, située au nord du pays et limitrophe de la Serbie, s’apprêtent à boycotter le scrutin. Mais ailleurs, les Serbes kosovars votent, en tenant compte de leurs intérêts et des réalités du terrain. Près de Pristina, le maire de l’enclave serbe de Gracanica appelle au vote, tout en soulignant qu’il ne s’agit en aucun cas d’une reconnaissance de l’indépendance du Kosovo. Soixante- douze pays, dont les Etats-Unis et 22 membres de l’Union européenne ont reconnu jusqu’à présent le jeune Etat kosovar. 

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.