GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Juin
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Aujourd'hui
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Berlin privilégie une solution privée pour garantir l'avenir de la participation allemande dans EADS

    media La chancelière allemande Angela Merkel (d) et Stefan Mappus (c), gouverneur du Baden-Wuerttemberg, lors de leur visite à Astrium, filiale du groupe EADS, à Immenstaad, le 23 février 2011. Reuters / Miro Kuzmanovic

    La chancelière allemande Angela Merkel a réuni mercredi 23 février 2011 plusieurs de ses ministres pour trouver une solution quant à l'avenir de la participation allemande dans le groupe d'aéronautique et de défense, EADS. Berlin cherche à préserver l'actuel équilibre franco-allemand au sein du consortium.

    Si Daimler se retire du capital d'EADS, il faudra trouver un repreneur privé à sa place. Voici ce qu'a déclaré le ministre allemand de l'Economie, Rainer Brüderle, après sa rencontre avec Angela Merkel et le ministre des Finances Wolfgang Schäuble.

    Pour Berlin, l'Allemagne doit absolument rester dans le capital d'EADS, au même niveau que la France. Actuellement, les Allemands maintiennent la parité avec les Français : Daimler 15%, le consortium des banques allemandes privées et publiques 7,5%, l'Etat français 15% et Lagardère 7,5%.

    Nationalisation cachée

    Daimler a fait savoir qu'il souhaite réduire sa participation actuelle pour se consacrer à l'automobile. Selon la presse allemande, le constructeur chercherait à vendre la moitié de sa part à l'Etat. Mais les libéraux, membres de la coalition gouvernementale, s'opposent à cet achat, en dénoncant une nationalisation cachée.

    Il semble donc que leur point de vue l'ait emporté, même si la décision définitive n'a pas été prise. La chancelière, Angela Merkel souhaite maintenant convaincre des industriels ou des financiers allemands d'investir dans EADS.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.