GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    L'agence de notation financière Moody's abaisse la note de la Grèce

    media La façade de la Banque de Grèce, au centre d'Athènes, le 7 mars 2011. Reuters / Yiorgos Karahalis

    L'agence Moody's a abaissé lundi 7 mars de trois crans la note souveraine de la Grèce, désormais considérée comme un pays à risque qui ne présente qu'une « faible sécurité de remboursement sur le long terme ».  Cette annonce intervient quelques jours avant un sommet extraordinaire de la zone euro, crucial pour l'avenir de la monnaie unique.

    Aucun événement particulier n'est à l'origine de la décision, lundi 7 mars, de Moody's de dégrader la note souveraine de la Grèce. Les difficultés persistantes de l'économie de ce pays sont en effet connues de tous et les places financières européennes ont d'ailleurs à peine réagi.

    Mais le fait que Moody's annonce sa décision à la veille d'un important sommet de la zone euro sonne comme un message aux dirigeants européens pour une aide financière plus accrue à la Grèce.

    C'est une mauvaise nouvelle pour la Grèce car cela va renchérir le coût des financements qui est en fonction de la note du pays.

    Gunther Cappelle-Blancard, directeur adjoint du CEPII 07/03/2011 Écouter

    En laissant entendre en effet que la restructuration de la dette de ce pays n'est plus un scénario à exclure, l'agence de notation américaine met en garde contre les lourdes conséquences d'une banqueroute d'Athènes alors que plusieurs pays, à commencer par l'Allemagne, ont récemment laissé entendre que tout nouveau soutien financier serait conditionné à une évaluation de la solvabilité.

    Car si les fonds d'investissement se sont effectivement rués sur les titres de la dette grecque au moment du plan de sauvetage mis en place par Bruxelles et le FMI, ils ne sont pas les uniques créanciers d'Athènes. Plusieurs grandes banques, notamment européennes, sont aujourd'hui exposées à la dette souveraine grecque.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.