GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Nouvelle-Zélande: éruption d'un volcan très fréquenté par les touristes
    Europe

    Nucléaire : le Japon et l'AIEA excluent un scénario à la Tchernobyl

    media Le Japonais Yukiya Amano, directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), lors d'une conférence de presse à Vienne, le 14 mars 2011. Reuters / Herwig Prammer

    Une nouvelle explosion s'est produite lundi 14 mars dans une centrale nucléaire japonaise endommagée par le séisme et le tsunami, dont le bilan pourrait dépasser 10 000 morts, mais Tokyo a exclu la possibilité d'une catastrophe comme celle de Tchernobyl. Les regards se tournent désormais vers Vienne, siège de l’Agence internationale pour l´énergie atomique, à laquelle le Japon a demandé de l’aide. L’agence a exclu, elle aussi, un scénario à la Tchernobyl.

    Notre dossier spécial

    Le directeur général de l’AIEA est lui-même Japonais. Et Yukiya Amano a confirmé qu’il allait rapidement envoyer des experts dans l’archipel, des experts chargés d’apporter une assistance technique de pointe aux autorités.

    Selon l’agence, le gouvernement japonais met tout en œuvre pour informer la communauté internationale de la réalité de la menace et la transparence est totale. Yukiya Amano doute que, dans les prochains jours, le Japon subisse un drame tel qu’il eut lieu en Union soviétique, en 1986.

    « Il est très improbable que cet accident évolue vers une situation comparable à celle de Tchernobyl. La crise n'a pas été causée par une défaillance humaine ou un défaut de conception », a-t-il dit.

    L’agence onusienne ne minimise pas la gravité de ce qui est en train de se passer, mais les scientifiques qui y travaillent estiment que personne n’aurait pu prévoir la violence du séisme et du tsunami, des phénomènes naturels « aux dimensions cataclysmiques », selon l’expression de M. Amano. Ce dernier ne veut pas croire que l’accident actuel hypothèque l’avenir du nucléaire civil, source d’énergie qui reste selon lui la plus performante.

    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.