GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Avril
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le terroriste caucasien Oumarov est-il mort ?

    media L'une des rares images de Dokou Oumarov, tirée d'une vidéo diffusée par la rébellion caucasienne. Lieu et date inconnus. Reuters

    Le leader de la rébellion islamiste du Nord-Caucase, l'homme qui a revendiqué tous les attentats les plus meurtriers qui ont frappé la Russie pourrait avoir été tué lors d'une « opération spéciale » en Ingouchie. Une opération d'envergure menée conjointement par l'armée, la police et les services spéciaux (FSB) ayant fait au moins 17 victimes parmi les rebelles. Une expertise génétique doit être menée ce vendredi 1er avril 2011.

    Avec notre correspondante à Moscou, Madeleine Leroyer

    Les bombardements puis l’opération au sol ont été si violents qu’il ne reste rien ou presque de ce camp d’entraînement de la rébellion, situé dans le village ingouche de Verkhni Alkoun.

    Les débris de trois corps ont été rapatriés à Moscou pour expertise ADN et c’est cette expertise qui dira si Dokou Oumarov, le terroriste le plus recherché du pays, a bien été tué.

    D’ores et déjà, deux sites internet proches de la rébellion islamiste ont confirmé la mort de l’homme qui ne quittait jamais Oumarov d’une semelle : Soupian Abdoulaïev, son bras droit et potentiel successeur.

    Un coup sévère pour la rébellion

    Une source anonyme au sein des services mentionne également parmi les victimes une des femmes de l’« émir » du Caucase (titre autoattribué d’Oumarov) ainsi que son médecin personnel. La probabilité que Dokou Oumarov se soit trouvé sur place est donc élevée.

    Même si ce n’était pas le cas, il s’agit d’un coup sévère porté à la rébellion. L’arrestation de deux complices présumés du kamikaze de l’aéroport de Domodedovo (attentat perpétré le 24 janvier 2011) est à l’origine de cette opération. Ce sont eux qui ont livré l’emplacement de ce camp, une pièce maîtresse du dispositif d’entraînement des kamikazes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.