GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Icesave : le «non» a encore gagné en Islande

    media Quelque 230.000 électeurs étaient appelés à se prononcer pour la seconde fois en quelques mois sur une nouvelle mouture de l'accord Icesave REUTERS/Ingolfur Juliusson

    Et de deux, les Islandais ont à nouveau rejetté samedi 9 avril 2011 par referendum l'accord conclu par leur gouvernement avec le Royaume-Uni et les Pays-Bas sur le remboursement de la faillite de la banque Icesave en 2008. Selon des résultats presque définitifs, le non l'emporterait par près de 60% des suffrage.

    Décidément, les Islandais ne veulent pas payer pour éponger la dette de la banque en ligne Icesave. Les épargnants britanniques et hollandais ont été indemnisés par leur gouvernement après la faillite de cette banque privée, et selon cet accord, c'était au contribuable islandais de rembourser près de 4 milliards d'euros, soit environ 12 000 euros par habitant, à étaler jusqu'en 2046.

    Près de 60% des électeurs ont donc désavoué le gouvernement qui avait conclu l'accord et les 70% de députés qui l'avaient approuvé, avant que le président de la République, qui y était opposé, ne fasse appel au peuple par voie de referendum.

    Déjà, il y a un an, un accord de remboursement, moins favorable encore à l'Islande, avait été repoussé par 93% des électeurs. L'opposition est cette fois moins forte et on peut penser que la 3e fois pourrait être la bonne, à l'issue d'une nouvelle négociation avec le Royaume-Uni et les Pays-Bas.

    Mais il n'y aura probablement pas de 3e tour. Le Premier ministre avait présenté ce referendum comme celui de la dernière chance car la question devrait maintenant être portée devant une cour européenne, probablement l'association européenne de libre-échange.

    Et comme le faisaient valoir les partisans du oui, désormais vaincus, l'addition pourrait être encore beaucoup plus salée pour les Islandais, au terme d'une procédure qui est partie pour durer un ou deux ans.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.