GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le TPIY condamne deux généraux croates à des peines de prison

    media Le 15 avril 2011, sur la place centrale de Zagreb. Reuters/Davor Kovacevic

    Le verdict du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) est tombé ce vendredi 15 avril 2011 : 24 ans de prison pour Ante Gotovina pour crimes contre l’humanité, crimes commis lors de la contre-offensive des forces croates contre les séparatistes serbes durant l’été 1995. Si Mladen Markac écope de 18 ans de prison, Ivan Cermak a, lui, été acquitté. L'énoncé du verdict a été retransmis sur écran géant à Zagreb.

    Avec notre envoyé spécial à Zagreb, Laurent Rouy

    Un millier de personnes s’étaient regroupées pour écouter l’énoncé du verdict sur un écran géant installé sur la place centrale de Zagreb. La retransmission des condamnations prononcées à La Haye par le TPIY (Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie) a eu lieu en direct. Sur un podium, des orateurs enflammés s’en sont pris en permanence aux autorités croates et il y avait des cris à chaque fois que le juge du TPIY confirmait l’implication du général Ante Gotovina dans des crimes de guerre.

    Si Ivan Cermak est acquitté, Ante Gotovina est condamné à 24 ans de prison et Mladen Markac à 18 ans. Ces derniers sont accusés d’avoir participé à une entreprise criminelle commune dont le but était d’expulser les populations civiles serbes lors de l’offensive de la Krajina en 1995. A l’annonce du verdict, la foule proteste mais les orateurs reprennent vite la parole, critiquent de nouveau le gouvernement, mais en tout cas le calme revient.

    La colère fait place à la tristesse. Certains pleurent dans la foule, d’autres accusent l’Europe et non pas le TPIY d’avoir condamné les généraux. Il y avait effectivement un groupe antieuropéen parmi les manifestants. En tout cas, aucun incident n’était à déplorer à l’annonce des peines.

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.