GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    L’ex-nazi Sandor Kepira devant la justice hongroise

    media Sandor Kepiro «affirme que sa seule mission a été de signaler d'éventuels terroristes dans sa zone». AFP / Attila Kisbenedek

    Il figure en tête de liste du Centre Wiesenthal, specialisé dans la traque des ex-nazis : Sandor Kepira, aujourd'hui 97 ans, va répondre, à partir de ce jeudi 5 mai 2011, d'accusations de crimes de guerre devant la justice hongroise. Considéré comme l'un des derniers grands criminels nazi, Sandor Kepira est accusé d'avoir participé à des exécutions sommaires en janvier 1942.

    En janvier 1942, Sandor Kepiro était capitaine de gendarmerie à Novi Sad, annexé par le régime hongrois pro-nazi. Commandant de patrouille, le jeune Kepira aurait participé au massacre d'au moins 1 200 civils, juifs et serbes, selon Efraim Zuroff du Centre Wiesenthal.

    « Kepiro était responsable de rafles de ceux que les Hongrois voulaient assassiner. Il était responsable d’un quartier du centre-ville de Novi Sad, majoritairement habité par des familles juives. En plus de cela, il est accusé d’avoir envoyé un groupe d’une trentaine de personnes directement aux bords du Danube pour être tués. D’autres personnes ont été assassinées pendant les rafles sur le territoire qu’il contrôlait. Lui affirme que sa seule mission a été de signaler d'éventuels terroristes dans sa zone. Mais parmi ceux qu’il appelle des terroristes, il y avait aussi des enfants de deux à quatre ans. », affirme Efraim Zuroff.

    Pendant des années, Efraim Zuroff a recherché Sandor Kepiro. En 2006, le chasseur de nazi a enfin retrouvé sa trace à Budapest : « Il n'a pas été inquiété. Pendant presque 50 ans, il a vécu en Argentine. En 1996, il est retourné vivre à Budapest. Personne ne le cherchait, malgré le fait qu’il avait signalé son retour à l’ambassade de Hongrie en Argentine. »

    Pour Efraim Zuroff, le procès de Sandor Kepiro est un message fort qui prouve que le temps qui s'écoule n'allège pas les crimes des assassins.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.