GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Aujourd'hui
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Un indépendantiste élu à la tête du Congrès de Nouvelle-Calédonie (officiel)
    • Taïwan acte les premiers mariages homosexuels en Asie
    Europe

    Programme nucléaire clandestin syrien : vers des sanctions onusiennes contre Damas

    media Cette photo non datée, montrée par des officiels américains le 24 avril 2008 à Washington, représente ce que des responsables de la CIA qualifient de réacteur nucléaire syrien construit avec l'aide des Nord-Coréens. (Photo : AFP)

    Ce lundi 6 juin, les États-Unis ont proposé au Conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) de renvoyer le dossier nucléaire syrien devant le Conseil de sécurité des Nations unies. La résolution fera l'objet de négociations cette semaine. A la clé, l'adoption de sanctions économiques à l'encontre de Damas.

    Avec notre correspondant à Vienne, Blaise Gauquelin

    La Syrie veut-elle se doter de la bombe atomique ? Jusqu’à présent, seuls les services secrets israéliens et américains en étaient persuadés.

    En septembre 2007, l’aviation israélienne bombardait même un site dans le désert syrien. Ce site s’appelait « Dair Alzour » et, après trois ans d’enquête, l’AIEA a pu démontrer qu’il abritait « très probablement » un réacteur caché, de conception nord-coréenne.

    Pour les États-Unis, il faut désormais sanctionner Damas. Comme l’Iran, la Syrie se comporte, selon eux, en « Etat voyou ». Elle ne respecte pas le traité de non-prolifération nucléaire. Précisément, Washington veut que la communauté internationale adopte des sanctions économiques contre la Syrie et l’oblige à faire toute la lumière sur son programme clandestin. Paris et Londres soutiennent l’offensive diplomatique.

    Ce lundi, Yukiya Amano a tenu un discours devant le Conseil des gouverneurs de l’AIEA. Le directeur général de l’agence onusienne a fustigé l’absence de coopération du gouvernement syrien, comme pour inciter la Chine et la Russie à voter, elles aussi, en faveur d’une saisie du Conseil de sécurité.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.