GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Les «femmes en noir», une présence symbolique aux commémorations du génocide de Srebrenica

    media A Potocari, près de Srebrenica, des milliers de Musulmans bosniaques assistent à un enterrement de masse, le 11 juillet 2011. Reuters / Dado Ruvic

    Plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont rendues depuis dimanche au mémorial de Potocari, près de Srebrenica, où se déroulent les cérémonies marquant le 16e anniversaire du massacre. Des milliers de marcheurs ont ainsi emprunté le chemin inverse pris par les Musulmans bosniaques qui fuyaient, en juillet 1995, les forces serbes de Bosnie du général Ratko Mladic. Autre symbole fort : la présence à Serbrenoca des «femmes en noir».

    Avec notre envoyé spécial à Srebrenica, Jean-Arnaud Dérens

    Parmi les dizaines de milliers de personnes qui se pressaient au mémorial de Potocari, l’arrivée d’une délégation a été comme chaque année particulièrement remarquée, celle des « femmes en noir » de Belgrade, des féministes et pacifistes serbes qui participent depuis seize ans à toutes les commémorations du génocide de Srebrenica.

    Dimanche 10 juillet 2011 au soir, une centaine de militants avaient fait un immense cercle sur la place de la République, dans le centre de Belgrade, portant sur de grands panneaux blancs les noms des quelque 5 000 victimes déjà identifiées. Elles ont lu le nom des 614 nouvelles victimes qui ont été enterrées aujourd’hui à Potocari. La foule passait, largement indifférente, dans la capitale serbe accablée par la chaleur.

    Se définissant comme des anti-fascistes et des anti-militaristes, les « femmes en noir » sont des militantes acharnées de la mémoire dans une Serbie qui pratique toujours le déni ou l’oubli des crimes commis.

    Cette année, aucun représentant officiel de Belgrade n’avait fait le déplacement à Srebrenica où les « femmes en noir » étaient donc les seules représentantes serbes. Elles disposent d’ailleurs d’un ultime privilège : c’est la seule organisation qui a le droit de déployer ses banderoles à l’intérieur du mémorial durant les cérémonies.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.