GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Trente-neuf corps ont été découverts dans un camion, dans la nuit de mardi à mercredi, à Grays, dans l'Essex, à l'est de Londres. Le chauffeur, originaire d'Irlande du Nord et âgé de 25 ans, a été arrêté pour meurtre, a annoncé mercredi matin la police britannique. Selon les premiers éléments de l'enquête, le camion venait de Bulgarie et était entré au Royaume-Uni le 19 octobre à Holyhead, port situé sur la côte ouest de l'Angleterre.

    Europe

    Tout l’art contemporain polonais au musée Bozar à Bruxelles

    media « Dream - Spontaneous Combustion», 2008. Olaf Brzeski/

    The Power of Fantasy règne au Bozar, autrement dit au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Le Pouvoir de l’imagination montre la production contemporaine de l'art polonais, mais revient aussi en force sur la production artistique polonaise au temps de l’occupation soviétique et sous le règne du général Jaruzelski pendant les années 1980. Visite guidée, pour découvrir un art underground débordant de vitalité.

    En 1981, le général Jaruzelski impose l’état de siège en Pologne. La censure sévit. Tout se fait sous le manteau, et les artistes sont contraints d’employer détours et métaphores pour faire passer leurs messages. L’un d’eux situe son film Tango dans une HLM de banlieue. « C’est une pièce historique qui a été créé par Zbigniew Rybczyński, un auteur de film d’animation très connu, explique Zofia Machnicka, commissaire de l’exposition. Rybczyński a fait ce film Tango en montrant comment les gens étaient entassés dans les petites espaces, dans les appartements minuscules, qui est notre problème quotidien dans les villes qui ont été complètement changé par le système communiste. »

    L'imaginaire et la fantaisie

    D’un côté la laideur rébarbative des immeubles en béton, de l’autre la grâce nostalgique du Tango, musique exotique dans la Pologne des années 1980. Tango, comme la plupart des œuvres présentées dans l’exposition, joue des contrastes pour mieux dénoncer. « Le pouvoir de l’imagination nous a servi de point de départ aussi sur la réflexion sur l’art polonais contemporain et historique, même sur la culture polonaise. L’imaginaire et la fantaisie étaient des outils qui permettaient aux Polonais de faire face à la réalité qui n’a pas été toujours très heureuse. La fantaisie était un outil utilisé par les artistes mais aussi par la société pour s’opposer aux conditions matérielles difficiles. »

    A côté de Tango, une installation montre un groupe d’hommes robots qui se dirigent vers une destination inconnue. Cette œuvre est un travail collectif, réalisé sous la houlette de l’artiste Pawel Althamer, qui l’a intitulée la Tâche commune. « On le voit très bien dans l’exposition, remarqueSophie Lauwers, directrice des expositions du Musée Bozar, c’est presque une histoire de la Pologne racontée avec beaucoup d’absurdisme, beaucoup d’humour, et en même temps, c’est aussi l’histoire de l’Europe. En fait, il y a un passé qui reste très présent. »

    Les Polonais, toujours aussi actifs au niveau politique

    Certains œuvres s’attaquent d’ailleurs frontalement  aux emblèmes du pouvoir communiste.  L’une d’elles reprend l’action d’un groupe d’activistes du syndicat Solidarnosc, qui, en 1985, parvient à faire passer sur les ondes de la télévision officielle de brefs messages appelant à l’insurrection. « L’artiste contemporain Igor Krenz a décidé de reconstruire cette pièce en 2006 pour rappeler ces événements, mais aussi pour montrer cet activisme des Polonais qui sont toujours aussi actifs au niveau politique et ce côté des Polonais qui sont toujours aussi militants et s’opposent au pouvoir abusif. »

    Le pouvoir abusif est l’un des fils rouges de l’exposition. Preuve que, 22 ans après sa chute, le communisme reste un sujet douloureux, ancré dans toutes les mémoires.
     
    L’exposition The Power of Fantasy,  jusqu’au 18 septembre au Palais des Beaux-Arts (Bozar) à Bruxelles
     

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.