GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Aujourd'hui
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Les meurtres de masse deviennent de plus en plus fréquents

    media

    Les meurtres de masse sont devenus de plus en plus fréquents ces dernières années. Commis souvent par des individus jeunes et isolés, ils se terminent la plupart du temps par le suicide de leurs auteurs. Celui perpétré en Norvège samedi 23 juillet 2011 se singularise à la fois par son ampleur, par sa forme et par son dénouement.

    La plupart des meurtriers de masse sont des hommes blancs, ont entre la vingtaine et la trentaine, proviennent de la classe moyenne inférieure et se sont renfermés sur eux-mêmes au moment de leur enfance ou de leur adolescence ; c’est ainsi que les décrivent les experts en criminologie. « Ce sont en général des personnes qui aspirent à une destinée plus haute que celle à laquelle ils sont confrontés », explique le journaliste espagnol Antonio Mendoza, exilé aux Etats-Unis et auteur de deux ouvrages sur le sujet. « Quand ils voient leurs ambitions étouffées, poursuit-il, ils blâment les groupes dont ils se sentent écartés, développent une haine irrationnelle qui se transforme alors en violence dirigée contre ceux qui les oppressent, les menacent ou les excluent ».

    Profil type

    Le Norvégien Anders Behring Breivik, l’auteur présumé des attentats d’Oslo qui ont coûté la vie à 93 personnes, selon le dernier bilan provisoire, correspond au portrait dressé par les criminologues. Breivik a également pour point commun avec un grand nombre de meurtriers de masse : une fascination pour les thèses de l’extrême droite ainsi qu’un accès facile aux armes. Le tueur d’Oslo avait fréquenté récemment les groupuscules extrémistes nordiques. Il était également inscrit dans un club de tir de la capitale norvégienne et ses activités de gérant d’une ferme biologique lui permettaient de se procurer aisément des produits pouvant servir à la fabrication d’explosifs.

    A la fin des années 1980, le phénomène des meurtriers de masse s’est multiplié et semble s’accélérer depuis le milieu de la décennie 2000. En voici quelques-uns des plus marquants (v. encadré ci-dessous). On relèvera que, contrairement au tueur d’Oslo, la plupart d’entre eux se sont suicidés immédiatement après leur crime. A moins d’avoir bénéficié de complicités, Anders Behring Breivik est le seul à avoir cumulé attentat à la bombe et fusillade à grande échelle. Son acte, calculé et préparé avec minutie, se rapproche de celui commis par l'Américain Timothy McVeigh à Oklahoma City en avril 1995, le plus meurtrier à ce jour.

    Image saisie par une caméra de surveillance lors de la tuerie du lycée Columbine, au Colorado, le 20 avril 1999. GettyImages
    • 6 décembre 1989 : Marc Lépine, né Gamil Gharbi, 25 ans, né de mère québécoise et de père algérien, abat 14 femmes dont 13 étudiantes par arme à feu à l’Ecole Polytechnique de Montréal avant de se suicider. Il explique son acte par des motifs antiféministes. En 1981, il avait tenté sans succès d’entrer dans les forces armées canadiennes.
    • 19 avril 1995 : Timothy McVeigh, 26 ans, un ancien soldat de l’armée américaine, fait exploser une bombe devant le bâtiment fédéral d’Oklahoma City, un attentat qui cause la mort de168 personnes et fait 680 blessés. Arrêté le jour même, il est condamné à mort en 1997 et exécuté le 11 juin 2011. Sympathisant du Mouvement des miliciens et aidé d'un complice, Terry Nichols, pour perpétrer l'attentat, le meurtrier voulait venger les raids policiers contre des militants d’extrême droite à Ruby Ridge (1992) et à Waco (1993).
    • 24 septembre 1995 : Eric Borel, 16 ans, étudiant français en électromécanique, tue par arme à feu 15 personnes dont son beau-père, sa mère et son frère à Cuers et Solliès-Pont (Var) avant de se donner la mort. La solitude et son environnement familial seraient à l’origine de son acte.
    • 13 mars 1996 : Martin Bryant, 29 ans, un déséquilibré australien, tue 35 personnes et en blesse 37 autres par arme à feu à Port Arthur (Tasmanie). Sans doute responsable de la mort de sa compagne, de 29 ans plus âgée que lui, survenue trois ans plus tôt, Bryant est incarcéré à perpétuité sans liberté conditionnelle. Il a justifié son acte par un besoin d’attention.
    • 20 avril 1999 : Eric Harris, 18 ans, et Dylan Klebold, 17 ans, deux étudiants américains du lycée Columbine de Littleton dans le Colorado, tuent par arme à feu 12 lycéens et un professeur et blessent 24 autres personnes avant de se donner tous les deux la mort. Les motifs de la fusillade sont restés inexpliqués mais Harris a été dépeint comme un psychopathe et Klebold comme souffrant de dépression.
    • 27 septembre 2001 : Friedrich Leibacher, 57 ans, un Suisse bénéficiaire d’une pension d’invalidité, pénètre dans le parlement du Comté de Zoug déguisé en policier et tue 14 officiels, blessant 18 autres personnes avant de se donner la mort. Atteint de troubles de la personnalité, le meurtrier avait déposé de multiples plaintes les années précédant le crime, notamment contre un chauffeur de bus. Le rejet de ses plaintes aurait déclenché sa furie meurtrière.
    • 27 mars 2002 : Richard Durn, 33 ans, un Français d’origine slovène, militant écologiste et de la Ligue des droits de l’homme, tue par arme à feu 8 personnes et en blesse 19 autres lors d’un Conseil municipal de la ville de Nanterre (Hauts-de-Seine). Il se donne la mort le lendemain en se défénestrant du 4e étage de la brigade criminelle de Paris durant sa garde à vue. Dans une lettre découverte après sa mort, le meurtrier explique « avoir voulu se sentir puissant et libre après avoir eu une vie ' de merde ' ».
    • 26 avril 2002 : Robert Steinhäuser, 19 ans, élève du lycée Gutenberg d’Erfurt (Allemagne), tue par arme à feu 12 professeurs, une secrétaire, deux élèves et un policier et blesse 7 autres personnes avant de se donner la mort. La fusillade se déroule durant les épreuves écrites du baccalauréat. Le meurtrier avait été exclu de l’école en octobre 2001 pour avoir justifié une absence par un faux certificat médical.
    • 16 avril 2007 : Cho Seung-hui, 23 ans, un étudiant sud-coréen en lettres anglaises, exécute 33 personnes et en blesse 25 autres à Blacksburg, sur le campus de l’université Virginia Tech aux Etats-Unis. L’étudiant se donne la mort après le massacre. Objet de plusieurs plaintes déposées contre lui, le meurtrier avait été déclaré malade mental par le tribunal mais avait été laissé en liberté.
    • 23 septembre 2008 : Matti Juhani Saari, 22 ans, un étudiant finlandais en restauration, tue par arme à feu 8 étudiantes, un étudiant et un professeur avant de se suicider au lycée professionnel de Kauhajoki. Victime de brimades durant son enfance, il aurait plusieurs fois évoqué sa fascination pour la fusillade de Virginia Tech, l’année précédente.
    • 11 mars 2009 : Tim Kretschmer, 17 ans, un lycéen allemand de Winnenden, près de Stuttgart, tue 15 élèves et 3 enseignantes avant de se suicider. Ancien élève de l’établissement, l’adolescent était suivi par un psychothérapeute pour dépression.
    • 3 avril 2009 : Jiverly Wong, 41 ans, un Américain d’origine vietnamienne, pénètre dans les locaux d’un centre d’aide aux immigrés à Binghampton dans l’Etat de New York. Il tue 13 personnes et en blesse 4 autres avant de se donner la mort. Dans une lettre retrouvée deux semaines après la fusillade, le meurtrier explique ses actes par un sentiment de persécution, notamment policière.
    • 5 novembre 2009 : Nidal Malik Hasan, 39 ans, un psychiatre de l'armée américaine d’origine palestinienne, tue 13 militaires et en blesse 29 autres par arme à feu au camp de Fort Hood dans le Texas avant d’être abattu. La raison du massacre s’expliquerait par le fait que le meurtrier, de confession musulmane, avait appris qu’il serait envoyé en service en Afghanistan le 28 novembre de la même année.
    • 2 juin 2010 : Derrick Bird, 52 ans, un chauffeur de taxi anglais, tue 12 personnes et en blesse 11 autres par arme à feu avant de se donner la mort dans le comté de Cumbrie, au nord-ouest de l’Angleterre. Plusieurs motifs sont évoqués pour expliquer son acte : un désaccord familial, une dispute avec un proche au sujet d’une femme et une ancienne querelle avec des collègues de la centrale nucléaire dans laquelle il avait travaillé.
    • 8 janvier 2011 : Jared Lee Loughner, 22 ans, un Américain sans emploi tue 6 personnes et en blesse 14 autres au moyen d’une arme à feu lors d’une réunion politique près de Tucson (Arizona) présidée par la députée démocrate Gabrielle Gifford, fraîchement élue à la Chambre des représentants. Le meurtrier est incarcéré à la prison fédérale de Phoenix dans l’attente de son procès. Son mobile était d’attenter à la vie de Gabrielle Gifford, grièvement blessée lors de la fusillade. 


     

    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.