GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    A La Haye, Goran Hadzic refuse de plaider «coupable» ou «non coupable»

    media Goran Hadzic lors de son audition au Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslovie à La Haye, le 25 juillet 2011. REUTERS

    Goran Hadzic a comparu pour la première fois à La Haye, devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), accompagné d'un avocat commis d'office, ce lundi 25 juillet. Une audition courte, à peine 15 minutes. Hadzic n'a pas voulu entendre la lecture de l'acte d'accusation et, pour l'instant, il a refusé de choisir entre plaider « coupable » ou « non coupable ».

    La procédure lui accorde ce droit, et Goran Hadzic a choisi de bénéficier d'un délai de 30 jours avant de dire s'il plaide « coupable » ou « non coupable » des crimes qui lui sont reprochés. S'il annonce d'ici un mois qu'il plaide coupable, il n'y a aura pas de procès et le Tribunal prononcera une peine en rapport avec la gravité des faits commis. S'il plaide non coupable, le procès ne devrait pas débuter avant plusieurs mois, un an peut-être, pour que la défense puisse prendre connaissance des éléments du dossier.

    Goran Hadzic était le dernier fugitif parmi les 161 personnes mises en accusation par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie. Il doit répondre de 14 chefs d'accusation, notamment de crimes contre l'humanité et crimes de guerres commis pendant la guerre de Croatie, entre 1991 et 1995. Hadzic a été, pendant une courte période, le soi-disant « président » de la République serbe autoproclamée de Krajna, établie sur un tiers du territoire croate. Il est associé au massacre de l'hôpital de Vukovar, où 264 civils ont été torturés puis tués par les forces serbes.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.