GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 13 Novembre
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Norvège : montrée du doigt, l’extrême droite européenne se défend

    media

    Cibles de nombreuses critiques venant de partis de gauche européens, d’associations antiracistes et d’une partie de la presse, les formations d'extrême droite de plusieurs pays d’Europe rejettent tout lien entre leur discours et les attaques d’Oslo. Du Parti du Progrès (FrP) norvégien au Front national de la Française Marine Le Pen en passant par le Parti pour la Liberté (PVV) néerlandais de Geert Wilders, tous prennent leurs distances et dénoncent un «amalgame».

    L’ampleur des massacres qui ont frappé la Norvège vendredi montre que leur auteur présumé, Anders Behring Breiving, est « dément », a estimé mardi 26 juillet son avocat Geir Lippestad. Le défenseur de Breiving n’a pas précisé s’il comptait plaider la démence mais a déclaré que son client, qui reconnaît les faits, « déteste tous ceux qui croient en la démocratie ». Selon lui, Anders Behring Breiving a évoqué l'existence de « deux (autres) cellules en Norvège et de plusieurs cellules à l'étranger ».

    Toutefois, la police est convaincue que le tueur a agi seul et non en lien avec un quelconque réseau terroriste lié à l’extrême droite. « Nous pensons que l'accusé est très peu crédible quand il affirme cela, mais on n'ose pas totalement écarter l'hypothèse », a déclaré un enquêteur à l'agence Reuters. Les experts y voient surtout de la mégalomanie. Signe que les enquêteurs ne croient pas à la thèse du complot, les contrôles aux frontières imposés ont été levés lundi 25 juillet.

    Zapatero veut « réagir face à la xénophobie »

    Nous sommes dans une situation qui devient ingérable pour la plupart des droites européennes.
    Nicolas Lebourg Chercheur à l’université de Perpignan, spécialiste de l’extrême droite et de la violence 10/10/2013 - par Caroline Paré Écouter

    En l’absence d’un complot extrémiste, les accusations fusent néanmoins de toute part contre les partis européens populistes ou d’extrême droite. Des journaux, des partis de gauche et des associations antiracistes établissent un lien, plus ou moins direct, entre le geste de l’auteur présumé et leurs thématiques hostiles à l’islam, à l’immigration extra-européenne ainsi que leurs discours parfois radicaux contre le multiculturalisme.

    Mardi 26 juillet, le quotidien néerlandais progressiste NRC Next prenait ainsi pour cible le leader populiste Geert Wilders, dont le Parti pour la Liberté (PVV) dispose de 24 sièges de députés sur 150. Tout en assurant que Geert. Wilders « n'est pas complice des actes d'Anders Behring Breivik », le journal l’appelle à clarifier son discours sur la lutte contre l'islam en Europe pour éviter que le carnage de vendredi en Norvège ne fasse des émules.

    Le chef du gouvernement espagnol, le socialiste José Luis Rodriguez Zapatero, a appelé à une « réponse politique » concertée de l'Union européenne, pour « combattre le radicalisme » et « réagir face à la xénophobie ». En France, le Mrap, une ONG antiraciste et plusieurs dirigeants socialistes ont rapproché plus ou moins ouvertement les programmes des partis d'extrême droite, en pleine progression dans l'électorat, et les actes du tueur norvégien présumé qui affichait sur internet son aversion pour l’islam et son antimarxisme.

    Marine Le Pen condamne « ces actes barbares et lâches »

    A Oslo, à Paris ou encore à La Haye, les partis incriminés ont rapidement rejeté tout amalgame avec les attentats de Norvège. Du Parti du Progrès (FrP) norvégien, auquel le tueur présumé a adhéré pendant quelques années, au Front national (FN) de la Française Marine Le Pen en passant par PVV néerlandais de Geert Wilders, tous ont ostensiblement pris leurs distances avec celui qu'ils ont décrit comme un « malade » ou un « psychopathe solitaire ».

    « Traditionnellement, on veut compromettre les partis de droite avec des gens pareils », a déploré de son côté l'homme fort de la formation flamande Vlaams Belang, Filip Dewinter. « C'est de l'amalgame », a-t-il déclaré à l'AFP. Quant à Marine Le Pen, elle a dénoncé une tentative de « créer la confusion dans les esprits ». Dans un communiqué, la présidente du FN condamne « ces actes barbares et lâches » et exprime sa « totale solidarité » avec les Norvégiens.

    Le tueur d’Oslo s’est-il inspiré d’« Unabomber» ?

    C’est l’hypothèse évoquée par le journal français Le Figaro. Selon le quotidien, qui rapporte une analyse effectuée par le site norvégien Document.no, le manifeste d'Anders Behring Breivik plagie des pans entiers du « Manifesto » du tueur américain qui envoyait des colis piégés dans les années 1980 et 1990.

    Le site Document.no, politiquement très à droite, a comparé le texte du Norvégien, « Déclaration européenne d'indépendance », avec les écrits de Theodore John Kaczynski, ce terroriste américain plus connu sous le nom de « Unabomber ». Ce militant écologiste qui haïssait la société technologique a tué une vingtaine de personnes.

    Document.no fait remarquer, notamment, que certains passages du manifeste de Breivik se contentent de paraphraser l'Américain, notamment les paragraphes 6 à 23 du manifeste d'« Unabomber ».
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.