GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Mort de l’écrivaine hongroise Agota Kristof en Suisse

    media Agota Kristof dans les années 1970 P. Treuthardt

    Victime d’une migration forcée après l’écrasement de la révolution hongroise par le régime communiste en 1956, Agota Kristof s’est refugiée en Suisse. Ce mercredi 27 juillet 2011, la romancière hongroise est décédée, à l’âge de 75 ans, dans sa demeure suisse de Neuchâtel. Elle avait écrit la plupart de ses œuvres dans sa langue d’adoption, le français. Ses romans ont reçu de nombreux prix et ont été souvent comparés aux écrits des plus grands comme Samuel Beckett et Eugène Ionesco.

    C’est l’histoire sordide de deux jumeaux sous l’occupation allemande en Hongrie qui a contribué à la gloire d’Agota Kristof. La trilogie Le Grand cahier (1986), La Preuve (1988), Le Troisième mensonge (1991) a été traduite en 37 langues. Elle avait reçu le Prix littéraire européen pour le premier tome. Un roman passionnant qui avait aussi déclenché une polémique au-delà de la littérature. En 2000, un procureur de la République française avait placé en garde à vue un jeune professeur de lettres. Son crime ? Des parents d’élèves avaient déposé une plainte pour la promotion de « la zoophilie (bestialité) et de la pédophilie ». Le professeur avait donné à ses élèves de 3ème à étudier Le Grand cahier d’Agota Kristof. Il a fallu l’intervention du ministre de l’Education nationale de l'époque, Jack Lang, pour arrêter les sanctions…

    La survie en Suisse

    Née le 30 octobre 1935 dans Csikvánd, village hongrois à l'ouest de Budapest, Agota Kristof a dû quitter l’Hongrie après la révolution malmenée par les chars soviétiques en 1956. Ses œuvres sont marquées par un style noir et cruel, mais également imprégnées d’une certaine volonté de laisser une trace et elles évoquent souvent le monde de l’après-guerre. Toute sa vie, elle avait regretté d’avoir dû quitter son pays. Son exil en Suisse, en 1956, avec son mari, un professeur d’histoire très engagé politiquement, et leur fille âgée de 4 mois, est resté un traumatisme pour la femme, mais en même temps une source d’inspiration pour l’écrivaine. Son choix d’écrire en français n’était pas une volonté délibérée mais une nécessité pour assurer la survie. Exilée, elle a dû travailler dans une fabrique d’horlogerie pour subvenir aux besoins de sa famille tout en restant fidèle à son destin de romancière. Elle a travaillé aussi beaucoup en tant que dramaturge pour le théâtre comme témoignent ses pièces John et Joe (1972), Un rat qui passe (1972) ou La Clé de l’ascenseur (1977).

    Un exil transformé en littérature

    Pendant son exil, elle a écrit 23 drames pour le théâtre en français, mais seulement 9 ont été joués en public. « J’appelle la langue française une langue ennemie » disait-elle faisant allusion au fait qu’elle avait appris à ses enfants le français au détriment de sa langue maternelle, le hongrois. Naturalisée suisse, elle est restée jusqu’à la fin hongroise dans son cœur. En 2005, elle avait publié C'est égal, qui rassemble 25 textes de l'écrivaine. Ces dernières années, elle a vécu coupée du monde dans un silence littéraire. Quelques mois avant sa mort, elle a reçu avec une grande satisfaction le prix Kossuth décerné par les autorités hongroises.
     

    Ecoutez l’interview avec Agota Kristof, invitée de l’émission « Entre les lignes » du 2 juin 2006 sur RFI. 27/07/2011 Écouter

     
    Lire aussi :

    Agota Kristof, par RFI/BFM, interview réalisée à son domicile, en Suisse, par Dennis Pereira-Egan, le 15 mars 2008.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.