GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Tuerie d'Oslo : l’extrême droite européenne mise à mal par Anders Breivik

    media Les Norvégiens continuent à rendre hommage aux victimes du double attentat de la semaine dernière. Photo prise le 27 juillet . Reuters

    Le parti autrichien d’extrême droite FPÖ a exclu un député qui relativise la tuerie d’Oslo. Aux Pays-Bas et en France, les formations d’extrême droite ont tenu à se démarquer des « références idéologiques » d’Anders Breivik. Ailleurs, en Italie ou en Roumanie, des réactions indignées ont suivi des propos tenus par des membres des formations populistes ou même de la droite classique, qui « approuvent » certaines « idées » du tueur norvégien, ou qui tentent de trouver une justification à ses actes.

    Le FPÖ autrichien arrive en tête dans les sondages, avec près de 30% d’intentions de vote aux prochaines législatives. Une popularité qui explique peut-être la célérité avec laquelle le parti populiste et nationaliste a exclu de ses rangs le député Werner Königshofer. Cet ancien néonazi a relativisé les attaques meurtrières d’Anders Breivik, mettant en parallèle le nombre d’attentats commis en Europe par des islamistes.

    Les « thèses » du tueur norvégien gênent les populistes un peu partout en Europe. Aux Pays-Bas, Geert Wilders, le chef du Parti pour la liberté qui soutient le gouvernement libéral minoritaire, s’est vite démarqué d’Anders Breivik, qui le cite pourtant parmi ses références « idéologiques ». De même, en France, la dirigeante du Front National, Marine Le Pen, a dénoncé les paroles d’un cadre du parti, Laurent Ozon, qui a associé la tuerie d’Oslo à la croissance de l’immigration dans les pays nordiques.

    La droite populiste dénonce la « démence » d’un individu isolé

    BAROMETRE DE L'EXTREME DROITE EN EUROPE

    Le parlementaire européen italien Mario Borghezio, membre de la formation populiste la Ligue du Nord a dû présenter des excuses aux victimes du double attentat d’Oslo et à tous les Norvégiens, après avoir dit que certaines des idées de Breivik sont « bonnes » et, certaines autres, même « excellentes ». Le ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini, pourtant membre de la même coalition que Borghezio, a qualifié ses dires de « propos délirants ».

    Les « dérapages » de certains membres de la droite populiste et de l’extrême droite européenne dans le cas Anders Breivik, ne sont pas le seul révélateur d’une idéologie « chancelante ». La stratégie globale est de dénoncer la « démence » d’un individu isolé. Pour l’historien Nicolas Lebourg, dire que Breivik est fou revient à « retirer le caractère politique et raciste de son geste ».

    La droite classique n’échappe pas à la tentation de mettre en cause ceux qui la trouvent en partie responsable pour les relents de xénophobie qui polluent parfois la société. En France, le député UMP Lionnel Luca n’hésite pas à dire que « le premier responsable de ce climat délétère, c’est l’islamisme. C’est lui qui a crée l’islamophobie, récupérée par l’extrême droite, puis instrumentalisée par la gauche (…) ».

    A l’islamophobie de l’Ouest répond la discrimination des Roms à l’Est

    L’islamophobie qui gangrène certaines sociétés occidentales, commence à trouver un écho également en Europe de l’Est. Un sénateur du Parti démocrate libéral, formation de droite qui est au pouvoir en Roumanie, dédouane Anders Breivik. « Dans ce chaos, il est étonnant qu'un seul Européen ait appuyé sur la gâchette pour exprimer la frustration envers l'indifférence et l'hypocrisie de la classe politique européenne devant l'islamisation et l'immigration illégale », écrit Iulian Urban sur son blog.

    Le sénateur libéral roumain va jusqu’à dire que « ce n’est pas Breivik qui a commis l’attentat mais les leaders actuels de l’UE ». Il est par ailleurs connu pour ses appels en faveur du rétablissement de la peine de mort et pour ses prises de position contre le Roms. Ces derniers sont victimes de discriminations également en Hongrie, où le parti d’extrême droite Jobbik incite ouvertement la population à la haine.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.